L’effet direct de la pandémie de COVID-19 sur les ventes de véhicules neufs continue d’affecter gravement les constructeurs au Canada. Selon les données compilées par la firme DesRosiers Automotive, la vente de véhicules légers s’est effondrée au pays de 74,6 % en avril en comparaison avec la même période l’année dernière.

Charles René Charles René
La Presse

DesRosiers soutient qu’il s’agit du pire chiffre de ventes jamais enregistré depuis 1951 au Canada, « du jamais vu », précise-t-elle sans détour.

Rappelons qu’avril est le premier mois entier marqué par le confinement généralisé au Canada. DesRosiers avance cependant, à juste titre, qu’un déconfinement progressif est enclenché dans diverses provinces, ce qui pourrait stimuler les ventes dans le courant du mois de mai et faire de ce mois d’avril le pire de l’année.

L'anomalie du pick-up intermédiaire

Par ailleurs, les données du premier trimestre de l’année montrent une curieuse tendance.

Selon DesRosiers, le seul segment qui affiche une progression dans ses ventes est celui des camionnettes intermédiaires. Alors que l’ensemble du marché essuie des pertes de 20 % durant cette période, les camionnettes intermédiaires ont vu leurs ventes croître de 4,8 %.

À l’opposé du spectre, ce sont les véhicules sous-compacts qui ont présenté le chiffre le plus baissier, avec des ventes diminuées de 55 %.