Les images saisissantes de pétroliers ancrés au large de Los Angeles ont traduit de manière spectaculaire ces dernières semaines la baisse de la demande de pétrole et son effet direct sur l’offre, qui était déjà en surabondance. Cette même dynamique est évidemment aussi applicable à l’industrie automobile.

Charles René Charles René
La Presse

Selon l’agence Bloomberg, le Jupiter Spirit, un navire transportant quelque 2000 véhicules assemblés au Japon de marques Nissan et Infiniti, a dû patienter pas moins d’une semaine au large du port de Los Angeles avant de pouvoir décharger sa cargaison.

La raison en est fort simple : les stocks des concessionnaires aux États-Unis débordent au point que certains n’acceptent plus les retours de location. Cette situation dérègle en profondeur cette industrie basée sur une logistique de transport bien huilée. Un porte-parole de Nissan aux États-Unis a déclaré à Bloomberg que le constructeur essaie actuellement de remiser les véhicules non loin des concessionnaires dans l’attente d’une reprise du marché.