• Accueil > 
  • Auto > 
  • Actualités > 
  • Louis Garneau lance une journée internationale contre le texto au volant
Source ID:c317a84e23f43dc3bffeaf75dce86a3a; App Source:StoryBuilder

Louis Garneau lance une journée internationale contre le texto au volant

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
MARISSA GROGUHÉ
La Presse

Le 22 décembre marquera désormais la journée internationale de sensibilisation au danger de texter en conduisant. L'initiative est instituée par le cycliste québécois Louis Garneau, qui espère « aider à sauver des vies ».

La journée « Pas de texto en auto » coïncidera... (Photo tirée de Facebook @Garneau) - image 1.0

Agrandir

La journée « Pas de texto en auto » coïncidera avec l'anniversaire du décès de Jason Lowndes (sur cette photo).

Photo tirée de Facebook @Garneau

La journée « Pas de texto en auto » coïncidera avec l'anniversaire du décès de Jason Lowndes, un coureur cycliste australien victime d'un accident mortel.  

En 2017, alors qu'il s'entraînait sur une route de Bendigo, en Australie, l'athlète de 23 ans a été violemment percuté par une automobiliste distraite, qui textait au moment de l'impact. Il a succombé à ses blessures le jour même.

Jason Lowndes avait couru pendant une saison au Québec, en 2015, au sein de l'Équipe Garneau-Québecor. « C'était un coureur prometteur, un garçon qui souriait tout le temps, qui était toujours de bonne humeur et qui avait un grand talent », se souvient le cycliste et homme d'affaires Louis Garneau, directeur général de la formation Garneau-Québecor.

Un an après le décès de son ami, M. Garneau souhaite que ce jour soit dorénavant un rappel à la population que d'envoyer des textos en conduisant peut avoir des conséquences mortelles. « Cette journée de sensibilisation n'existait pas, alors on se l'approprie et on la crée pour la vie, dit-il. On veut en faire un mouvement planétaire, un mouvement humain. »

Les cyclistes « vulnérables »

Le cycliste Michele Scarponi, tête d'affiche d'une équipe... (Photo Cristian Ballarini, AP) - image 2.0

Agrandir

Le cycliste Michele Scarponi, tête d'affiche d'une équipe professionnelle, a été heurté mortellement par un conducteur de camion.

Photo Cristian Ballarini, AP

En avril 2017, le cycliste Michele Scarponi, tête d'affiche d'une équipe professionnelle, a été heurté mortellement par un conducteur de camion qui regardait une vidéo sur son téléphone, raconte Louis Garneau.

Il y a exactement deux ans, tout juste avant les Fêtes, Ellen Watters, membre de l'équipe canadienne de cyclisme, a elle aussi été tuée, à 28 ans, par un automobiliste inattentif.

En Floride, il y a quelques semaines, un peloton de 14 cyclistes qui roulaient sur une ligne droite a été fauché par dame distraite. Deux d'entre eux ont perdu la vie.

Suite à ce dernier événement, M. Garneau a senti le besoin d'agir, affirme-t-il. La distraction des automobilistes met particulièrement les cyclistes en danger. « Ils sont vulnérables. Ils sont sur la droite du chemin, plus petits, parfois pas très visibles », indique le fondateur de la compagnie de vêtements et accessoires cyclistes qui porte son nom.

Mais la journée « Pas de texto en auto », bien qu'elle touche particulièrement les cyclistes au départ, s'adresse à tous, précise-t-il. Les conducteurs distraits percutent aussi d'autres automobilistes et des piétons, comme en témoigne régulièrement l'actualité.

Sensibiliser au respect de la loi

Durant les dernières années, une augmentation majeure d'accidents causés par la distraction en voiture a été observée. C'est l'une des causes le plus souvent mentionnées par les policiers dans les cas d'accidents impliquant des piétons ou des cyclistes et une voiture, d'après la SAAQ.

« C'est d'actualité, c'est tellement important de faire quelque chose », avance Louis Garneau, qui avait milité il y a quelques années pour que soit établie une règle concernant la distance minimale à respecter entre les véhicules et les cyclistes. Depuis mai 2018, cette zone tampon obligatoire d'au moins 1 m - 1,5 m là où la limite de vitesse dépasse 50 km/h - est inscrite au Code de la sécurité routière.

La loi a été resserrée ces dernières années. Mais elle reste difficile à appliquer. « Quand les policiers voient quelqu'un, la loi est très sévère. Mais les gens qui [textent au volant] le font en cachette », note M. Garneau. C'est pour cela qu'il faut sensibiliser les automobilistes avant tout, dit-il.

« Fier » d'une initiative québécoise

Alors qu'elle se tiendra quelques jours seulement de Noël, la journée « Pas de texto en auto » survient à un très bon moment, selon Louis Garneau. « Quand les Fêtes arrivent, on est tout énervés, on a des soirées, des soupers, des réunions de famille, on est portés à recevoir et envoyer beaucoup de messages », soulève-t-il.

La campagne souhaite « faire réfléchir » et rappeler qu'il faut faire preuve de vigilance. « Si cette journée-là peut aider à sauver des vies, on va être contents, dit M. Garneau. On est fier de partir ça, que ça vienne du Québec et on va en faire un mouvement mondial. »

Mardi, en compagnie de la mère de la cycliste Ellen Watters, de cyclistes, du triathlonien Pierre Lavoie, de représentants de la SAAQ et de l'organisme Vélo Québec ainsi que de la vice-première ministre Geneviève Guilbaut, Louis Garneau a fait l'annonce à Québec de la création de cet effort de sensibilisation, qui s'articulera principalement sur les réseaux sociaux, avec une chaîne de messages déployée dès samedi.

Les citoyens seront invités, le 22 décembre, à mettre de côté leurs téléphones durant toute la journée. Il sera possible de se procurer un bracelet « Pas de texto en auto », au coût de 5 $, dont tous les profits seront versés aux familles qui ont perdu des êtres chers en raison de la distraction au volant.




Recherche

la boite:1602537:box;tpl:auto_300_recherche.tpl:file;
image title
Fermer
image title
Fermer