Honda Civic Hatchback : le retour attendu du hayon

  • Avec le retour de la Civic à hayon, Honda corrige une vieille erreur stratégique. Son dessin manque de simplicité, mais confère à l'ensemble un côté énergique, inusité. (Photos : Honda)

    Plein écran

    Avec le retour de la Civic à hayon, Honda corrige une vieille erreur stratégique. Son dessin manque de simplicité, mais confère à l'ensemble un côté énergique, inusité.

    Photos : Honda

  • 1 / 9
  • Le style est fait de contrastes et de lignes brisées. ()

    Plein écran

    Le style est fait de contrastes et de lignes brisées.

  • 2 / 9
  • L'avant est musclé, la face, presque agressive. ()

    Plein écran

    L'avant est musclé, la face, presque agressive.

  • 3 / 9
  • La boîte automatique sied mieux au tempérament et à la courbe de puissance du moteur et permet de réaliser de meilleures économies à la pompe. ()

    Plein écran

    La boîte automatique sied mieux au tempérament et à la courbe de puissance du moteur et permet de réaliser de meilleures économies à la pompe.

  • 4 / 9
  • La disposition des commandes est rationnelle et les rangements, innombrables ; mais les teintes dominantes sont sombres et le traitement satiné de certaines garnitures ne parvient pas à égayer. ()

    Plein écran

    La disposition des commandes est rationnelle et les rangements, innombrables ; mais les teintes dominantes sont sombres et le traitement satiné de certaines garnitures ne parvient pas à égayer.

  • 5 / 9
  • L'abandon de la version à hayon par Honda a été une erreur de stratégie. Le retour de la Civic Hatchback est un discret mea-culpa. ()

    Plein écran

    L'abandon de la version à hayon par Honda a été une erreur de stratégie. Le retour de la Civic Hatchback est un discret mea-culpa.

  • 6 / 9
  • Le moteur vient en deux versions. Nous déconseillons la version la plus puissante, qui a seulement 6 chevaux de plus et qui oblige d'acheter de l'essence super. ()

    Plein écran

    Le moteur vient en deux versions. Nous déconseillons la version la plus puissante, qui a seulement 6 chevaux de plus et qui oblige d'acheter de l'essence super.

  • 7 / 9
  • Le volume du coffre et l'échancrure plutôt large du hayon ajoutent de la polyvalence à ce modèle. ()

    Plein écran

    Le volume du coffre et l'échancrure plutôt large du hayon ajoutent de la polyvalence à ce modèle.

  • 8 / 9
  • L'espace utilitaire rogne sur les places arrière et, contrairement à la Civic berline, le dégagement aux places arrière est légèrement plus étriqué. ()

    Plein écran

    L'espace utilitaire rogne sur les places arrière et, contrairement à la Civic berline, le dégagement aux places arrière est légèrement plus étriqué.

  • 9 / 9

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après des années de disette, Honda réalise un retour en force avec le lancement d'une kyrielle de modèles destinés à enjoliver la gamme Civic.

Même si elle n'est pas la plus agréable à l'oeil, la nouvelle Civic Hatchback fait plaisir à voir.

L'enthousiasme, presque l'excitation, qu'elle suscite chez les disciples de ce modèle a quelque chose de réjouissant. Ils l'attendaient depuis longtemps, cette naissance qui répare une erreur de stratégie et concrétise une nouvelle orientation, plus dynamique. Autant de bienfaits pour une marque réputée fiable, mais qui a souffert, au cours des dernières années, d'un manque évident d'inspiration.

Mea culpa

Le retour de la Civic Hatchback est un discret mea-culpa. Après que le constructeur a abandonné cette carrosserie, d'anciens propriétaires de Honda n'ont jamais vraiment trouvé leur compte au sein de la gamme du constructeur japonais, et certains d'entre eux se sont tournés vers la Mazda 3, la Mitsubishi Lancer, voire la Toyota Matrix ou la Volkswagen Golf.

Le dessin de la nouvelle venue manque assurément de simplicité, mais confère à l'ensemble un côté énergique, inusité. Le style est fait de contrastes et de lignes brisées. Une poupe incurvée portant une malle légèrement saillante (sans doute le trait le plus original, avec sa glace verticale à la manière des défuntes CRX, Insight et CR-Z), un profil pointu, comme biseauté, et une face avant musclée, presque agressive. Cette singularité revendiquée est en évident décalage avec l'élégance un peu coincée de la concurrence.

Intérieur : polyvalence avant tout

À l'intérieur, ambiance classique. La disposition des commandes est rationnelle et les rangements, innombrables ; mais les teintes dominantes sont sombres et le traitement satiné de certaines garnitures ne parvient pas à égayer. L'ordinateur central, qui regroupe également le système de navigation, est intuitif, mais comporte trop de sous-menus et se révèle aussi très lent à se mettre en action. En outre, comme dans la berline, on s'agace du positionnement des prises USB/auxiliaire, logées dans la partie basse de la console.

Pour faire bonne mesure, la Civic Hatchback accueille quelques innovations, comme un cache-bagages (enfin) intelligemment pensé. 

Une idée reprise de la défunte Matrix de Toyota et qui consiste en un rideau coulissant transversal qui permet de ne pas s'encombrer de la vilaine poutre généralement logée entre le coffre et l'habitacle. Bien vu.

Le volume du coffre et l'échancrure plutôt large du hayon ajoutent de la polyvalence à ce modèle. En revanche, l'espace utilitaire rogne ici sur les places arrière et, contrairement à la berline du même nom, le dégagement aux places arrière est légèrement plus étriqué. On regrettera donc que Honda n'ait pas songé à doter ce modèle d'une banquette arrière coulissante, chose qu'elle offrait pourtant dans certaines Civic des années 80...

Payer pour du super pour gagner 6 chevaux ? Non...

Histoire de justifier le prix demandé, la Civic Hatchback soulève son capot au seul quatre-cylindres de 1,5 L suralimenté par turbocompresseur. Ce dernier est proposé en deux saveurs : standard ou « épicée ». L'usage des guillemets est ici justifié par les faibles gains enregistrés (+ 6 chevaux), lesquels sont obtenus en optant obligatoirement pour de l'essence super.

Mieux vaut se limiter au moteur standard, qui a suffisamment de fougue et qui se contente d'un indice d'octane moins élevé. 

Les automobilistes les plus sensibles détecteront sans doute le temps de réponse du turbo, plus perceptible encore avec la boîte manuelle (maintenant offerte avec ce propulseur) qu'avec l'automatique à variation continue offerte moyennant supplément.

Puisqu'il en est question, avouons notre préférence pour la boîte automatique. Celle-ci sied mieux au tempérament et à la courbe de puissance de ce moteur et permet de réaliser de meilleures économies à la pompe. Bref, sans remettre en cause le rendement de la boîte manuelle (guidage précis, course relativement courte), celle-ci ne procure pas l'agrément auquel on se serait attendu.

Au volant : Civic pur jus, mais Made in England

Sur le plan du comportement routier, la Hatchback est une Civic pur jus. Sa direction est rapide et contribue à rendre la conduite plus nerveuse, mais celle-ci n'en demeure pas moins un peu légère.

En outre, dans sa version Sport Touring, la monte pneumatique pénalise légèrement le confort de l'auto et le diamètre de braquage. La version LX fait mieux dans ces deux domaines, même si le toucher de route est légèrement moins affûté.

Produite en Angleterre, la Civic Hatchback n'est pas à proprement dit une aubaine. Sans surprise, ses prix sont plus salés que ceux de la berline, mais à équipement comparable, la polyvalence accrue de la Hatchback en fait un meilleur choix, pour peu que vous vous limitiez à la version d'entrée de gamme.

Les modèles les plus cossus offrent bien entendu plus d'accessoires et une mécanique légèrement plus puissante, mais les prix sont difficiles à justifier.

Trois fleurs, trois tomates

ON AIME 

La version de base 

Le coffre accueillant 

Le comportement sûr 

ON AIME MOINS 

La boîte manuelle qui n'apporte pas l'agrément souhaité

Le prix salé des versions haut de gamme 

Le design maniéré

Fiche technique

L'ESSENTIEL

Marque/Modèle : Honda Civic Hatchback 2017

Version essayée : Sport Touring

Fourchette de prix : de 21 390 $ à 30 690 $

Transport et préparation : 1595 $

Garantie de base : 3 ans/60 000 km

Consommation moyenne : 8,8 L/100 km

MOTEUR 

4-cylindres DACT 1,5 L suralimenté

Choix No 1) 

Puissance 180 ch à 5 500 tr/min ( 180 ch à 6 000 tr/min avec la boîte CVT)

Couple 177 lb-pi entre 1900 et 5 500 tr/min (162 lb-pi à entre 1 700 et 5 500 tr/min avec la boîte CVT)

Essence recommandée : super

Choix No 2) 

174 ch à 5 500 tr/min (174 ch à 6 000 tr/min avec la boîte CVT)

167 lb-pi entre 1 800 et 5 500 tr/min ( 162 lb-pi entre 1 700 et 5 500 tr/min avec la boîte CVT)

Essence recommandée : ordinaire 

TRANSMISSIONS 

Boîte de vitesse (de série) : Manuelle six rapports

Boîte de vitesse (optionnelle) : Automatique à variation continue (CVT)

AUTRES DONNÉES TECHNIQUES

Poids : 1337 kg

Rapport poids/puissance : 7,42 kg/ch

Mode : Traction

Diamètre de braquage : 11,4 m

Freins av.-arr. : Disque/Disque

Pneus av.-arr. : 235/40R18

Capacité du réservoir : 47 L




Comparer des véhicules »

1 Jeep - Cherokee 2018

Jeep - Cherokee 2018

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

la boite:1602537:box
image title
Fermer
image title
Fermer