Source ID:680426d16f8f323da94d56b418ddd9fc; App Source:StoryBuilder

Ghosn : des éléments de l'enquête transmis aux avocats de Renault

L'incarcération sans accusation de Carlos Ghosn a été... (Photo REUTERS)

Agrandir

L'incarcération sans accusation de Carlos Ghosn a été prolongée de 22 jours (à partir du 10 décembre) par la cour à la demande de la police japonaise.

Photo REUTERS

Agence France-Presse
Paris

Des avocats de Nissan ont informé lundi ceux de Renault sur les charges pesant contre le PDG du constructeur français, Carlos Ghosn, trois semaines après son arrestation à Tokyo pour des malversations présumées, a-t-on appris mardi de sources proches du dossier.

Depuis le début de l'affaire, Renault réclamait les pièces à charge auprès de son partenaire japonais, dont il détient 43 % du capital. Le groupe français insistait pour que cela se fasse d'avocat à avocat, selon une procédure juridiquement sécurisée.

« Les avocats de Nissan ont rencontré ceux de Renault lundi et les ont informés », a déclaré une source à l'AFP.

L'équipe de Nissan, qui a fait le déplacement à Paris, incluait des personnes ayant mené l'enquête interne à l'origine des révélations, selon cette source.

Contacté par l'AFP, Renault n'a pas souhaité faire de commentaire.

En garde à vue depuis son interpellation au Japon le 19 novembre, M. Ghosn a été inculpé lundi pour dissimulation de revenus sur cinq ans.

Sa garde à vue a en outre été prolongée sur de nouveaux soupçons de minoration de ses émoluments, cette fois entre 2015 et 2018, pour un montant de 4 milliards de yens (31,1 millions d'euros). Elle peut durer 22 jours à partir de lundi.

Les avocats de Ghosn ont contesté la prolongation de sa détention, mais leur requête a été rejetée par un juge.

L'affaire a révélé des tensions et rivalités franco-japonaises au sein de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, premier ensemble automobile mondial, dont Carlos Ghosn était la clé de voûte et dont il reste encore formellement le PDG.

Publiquement critiqué par le patron exécutif de Nissan Hiroto Saikawa, qui était pourtant un de ses protégés, M. Ghosn a été démis de ses fonctions de président des conseils d'administration de Nissan et de Mitsubishi, dans le sillage du scandale.




Recherche

la boite:1602537:box;tpl:auto_300_recherche.tpl:file;
image title
Fermer
image title
Fermer