Source ID:b815ca5b9fbd308199cd341a59bae3bc; App Source:StoryBuilder

L'auto électrique moins chère que l'auto à essence en 2025

La plus récente batterie développée par Renault pour... (Photo BENOIT TESSIER, REUTERS)

Agrandir

La plus récente batterie développée par Renault pour sa gamme de véhicules tout électriques Z.E. qui comprend la Zoé, la voiture électrique la plus populaire en Europe. Les prochaines générations de batteries seront beaucoup moins chères.

Photo BENOIT TESSIER, REUTERS

La Presse

Les nouvelles sont affolantes pour notre planète et les générations futures mais voici une au moins une bonne nouvelle pour ceux qui souffrent d'éco-anxiété. Le fabricant chinois de batteries au lithium-ion Envision Energy affirme qu'il parviendra d'ici deux ans à peine à faire des packs de batteries pour autos à moins de 100 $ US par kilowatt-heure.

Qu'est-ce que ça peut bien vouloir dire, direz-vous. Ce chiffre abstrait est important : à ce coût de revient, la voiture électrique devient moins chère à fabriquer et commercialiser que la voiture à essence. C'est le consensus dans l'industrie automobile.

Le coût moyen actuel du kWh dans l'industrie automobile est difficile à chiffrer, entre autres parce que les constructeurs ne crient pas leur coûts de revient sur les toits (et ce qu'ils disent n'est pas nécessairement vrai, c'est un secret d'entreprise).

Mais l'Union of Concerned Scientists des États-Unis estime qu'en ce moment, fabriquer un pack de batteries de qualité automobile coûte environ 190 $/kWh (tous les montants sont exprimés en dollars américains dans cet article).

Un gain remarquable

Réussir à faire ça pour 100 $ dès 2020 serait un gain remarquable de capacité/coût. 

Le PDG d'Envision, Lei Zhang, a surpris une audience de scientifiques et d'industriels en sortant cette prédiction d'un chapeau lors d'un panel entre experts lors du Global Energy Forum, une conférence tenue en novembre à l'Université Stanford.

En bas de 100 $/kWh, la transition électrique... - image 3.0

Agrandir

En bas de 100 $/kWh, la transition électrique va commencer «du jour au lendemain», croit le PDG d'Envision Lei Zhang. Photo saisie d'écran YouTube, Université Stanford

Lors de la conférence, M. Lei a avancé son scénario de 2020 pour la mise en marché des packs à 100 $/kWh, ajoutant que ce prix tomberait à 50 $/kWh dès 2025. 

Avec des batteries aussi bon marché, les nouvelles voitures électriques seront jusqu'à 30 % moins chères que leurs équivalentes mues par un moteur à combustion interne, selon M. Lei. À un prix aussi bas, la transition électrique de l'auto commencera «du jour au lendemain», ajoute-t-il.

Dès ce moment, plus besoin de subventions gouvernementales, a dit M. Lei : «Du jour au lendemain, les consommateurs vont faire le changement» grâces aux forces du marché.

Cinq ans pour arriver sous un plancher d'auto

Il faudra un certain temps pour que ces packs de batteries à 100 $/kWh se retrouvent sous le plancher d'une auto, parce qu'il y a jusqu'à cinq ans entre le choix d'une nouvelle technologie par un constructeur et sa transition jusqu'à la chaîne de montage et l'arrivée en concession. Le consommateur peut donc espérer une voiture électrique moins chère qu'une voiture conventionnelle autour de 2025; et passablement moins chère vers 2030, en présumant que le coût de revient continuera de baisser à 50 $/kWh comme le prédit M. Lei.

Plus tôt dans la conférence, un professeur de Stanford, Arun Majumdar, avait dit que les packs de batterie à 100 $/kWh  conduiraient à «une pénétration en profondeur des véhicules électriques partout au monde». Mais il n'est pas aussi optimiste que M. Lei : il envisage ce scénario dans un horizon plus lointain, entre 2040 et 2045.

Source : Forbes Magazine, via Green Car Reports




Recherche

la boite:1602537:box;tpl:auto_300_recherche.tpl:file;
image title
Fermer
image title
Fermer