• Accueil > 
  • Auto > 
  • Conseils > 
  • Un Canadien sur trois perd de l'argent en changeant de voiture
Source ID:9bbb9212f52c338b9b616d24be80873f; App Source:StoryBuilder

Un Canadien sur trois perd de l'argent en changeant de voiture

Durant l'année 2018, un automobiliste canadien sur trois... (PHOTO DAVID ZALUBOWSKI, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Durant l'année 2018, un automobiliste canadien sur trois a perdu de l'argent en échangeant son véhicule contre un modèle neuf.

PHOTO DAVID ZALUBOWSKI, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain McKenna

collaboration spéciale

Collaboration spéciale

En dressant son palmarès annuel des véhicules ayant la meilleure valeur résiduelle après quatre ans, le Canadian Black Book a fait un constat alarmant, le mois dernier. Au pays, un Canadien sur trois a perdu de l'argent en échangeant son véhicule contre un modèle neuf, en 2018. Une perte moyenne évaluée à 7051 $ par véhicule, selon l'organisme ontarien.

« Ça représente une somme d'argent très importante, ce qui dénote l'importance de bien comprendre ce qui fait qu'un véhicule conserve sa valeur plus qu'un autre. Connaître la valeur réelle de son véhicule durant son cycle de vie est aussi très important », résume Brad Rome, président du Canadian Black Book.

Par exemple, pour deux véhicules de même catégorie à un prix similaire, le modèle se dépréciant le moins rapidement conserve 84 % de sa valeur initiale après quatre ans, alors que celui se dépréciant le plus ne conserve que 41 % de sa valeur, pour une différence de 14 000 $. Dans le cadre d'une location ou d'un financement arrivant à échéance, une dépréciation plus rapide produit une valeur négative que l'acheteur devra absorber directement, ou qu'il devra refinancer au moment de renouveler son achat.

Souvent, les commerçants masqueront cette valeur négative en proposant un financement à l'achat d'un véhicule neuf qui l'absorbera, mais qui fera monter le taux d'endettement de l'acheteur. Vu les sommes importantes en jeu et le nombre de consommateurs canadiens touchés par ce problème, c'est une situation qu'on doit prendre au sérieux, avertit le Canadian Black Book.

« Ce n'est pas pour rien que 97 % des Canadiens souhaiteraient être mieux informés sur les conditions d'emprunt et le rôle de la valeur résiduelle dans le processus d'achat. »

- Le Canadian Black Book

Valeur résiduelle et endettement

Au Canada, l'endettement des ménages est continuellement en hausse. En décembre dernier, Statistique Canada a indiqué que le taux d'endettement moyen au pays était à 173,8 % du revenu disponible, ce qui représente le ratio le plus élevé depuis la crise financière de 2008. Non sans surprise, moins l'âge des ménages est élevé, plus le ratio dette-revenus est élevé, a relevé l'organisme fédéral. C'est généralement au début de l'âge adulte que les gens procèdent à l'achat d'une première maison ou d'un premier véhicule neuf.

À cet âge, le fait de pouvoir épargner quelques milliers de dollars sur la valeur résiduelle de son véhicule peut aussi avoir un effet non négligeable sur le budget familial à court et à long terme, d'où l'importance d'une bonne littératie financière.




Recherche

la boite:1602537:box;tpl:auto_300_recherche.tpl:file;

Nouvelles les plus populaires

 
image title
Fermer
image title
Fermer