(Los Angeles) La deuxième participation de Fernando Alonso aux 500 miles d’Indianapolis se présente mal : ralenti par un problème électrique la veille, l’Espagnol est parti à la faute et a partiellement détruit sa monoplace mercredi lors de la deuxième journée d’essais libres.

Agence France-Presse

Le double champion du monde de Formule 1 a perdu le contrôle de sa voiture à la sortie du 3e virage et a percuté à trois reprises les murets de sécurité, avant que sa monoplace ne s’immobilise.

Il a pu s’extraire seul de sa monoplace McLaren à la livrée orange et a été transporté à la clinique du circuit pour des examens de contrôle qui n’ont rien révélé d’anormal, ont indiqué les organisateurs.

Sa monoplace est en revanche fortement endommagée. Il lui faudra vraisemblablement participer aux qualifications officielles samedi et dimanche avec la voiture de réserve.

« La voiture est parti en travers, j’ai levé le pied de l’accélérateur mais cela n’a pas suffi, j’ai perdu complètement le contrôle de la voiture et j’étais déjà trop près du muret de sécurité », a-t-il expliqué à la chaîne de télévision NBC.

« C’est arrivé très vite, c’est dommage, on va encore perdre un peu plus de temps pour enchaîner les tours. Je suis désolé pour l’équipe, mais on va tirer les leçons de ce qui s’est passé et espérer pouvoir revenir jeudi », a poursuivi l’Espagnol.

Il n’a pu boucler que 46 tours et a été crédité du 29e temps de la journée avec un chrono de 39 sec 9231/10 000e tandis que le pilote le plus rapide de la journée, l’Américain Josef Newgarden (Penske), a bouclé son tour le plus rapide en 39 sec 3260/10 000e.

« Fernando a le moral »

« L’équipe avait travaillé dur toute la nuit pour résoudre les problèmes rencontrées lors de la première journée et on avait une meilleure voiture, c’est donc dommage que notre journée ait été stoppée prématurément », a déclaré Gil de Ferran, le directeur de McLaren.

« On ne peut pas nier que les deux dernières journées ont eu un impact sur notre préparation, mais on a le sentiment que nous allons dans la bonne direction, Fernando (Alonso) a le moral et on va continuer à travailler dans le calme et avec détermination », a assuré le Brésilien, vainqueur des 500 miles d’Indianapolis en 2003.

La première journée d’essais libres mardi s’était déjà mal déroulée pour Alonso qui avait été limité à 50 tours et n’avait pu utiliser la pleine puissance de son moteur en raison d’un problème électrique.

Alonso, 37 ans, est l’attraction de la 103e édition des 500 miles d’Indianapolis qui aura lieu le 26 mai.

Il y prendra part avec une monoplace préparée par McLaren en collaboration avec Chevrolet et l’écurie Carlin Racing.

Pour sa première participation en 2017, il avait intégré l’écurie Andretti, l’une des références du Championnat IndyCar, et avait joué les premiers rôles durant la course, avant d’être contraint à l’abandon sur casse moteur à une vingtaine de tours de l’arrivée.

Il tentera fin mai de devenir le deuxième pilote après le Britannique Graham Hill à remporter la Triple Couronne du sport automobile, après ses succès au Grand Prix de Monaco en F1 et aux 24 Heures du Mans en endurance.