(Indianapolis) La série IndyCar prévoit utiliser la technologie hybride afin d’augmenter la puissance de ses moteurs et d’améliorer sa sécurité.

Associated Press

L’IndyCar a annoncé jeudi qu’elle adoptera la motricité hybride à compter de 2022. Cette technologie récupérera l’énergie provenant du système de freinage et l’acheminera vers le moteur hybride, les inverseurs et les dispositifs de stockage électriques.

Le moteur hybride sera jumelé au moteur à combustion traditionnel provenant du manufacturier Honda ou Chevrolet, afin de générer plus de 900 chevaux-vapeur.

Ce nouveau moteur hybride augmentera la puissance du système qui facilite les dépassements (push-to-pass), en plus de permettre aux pilotes de redémarrer leur voiture à partir de leur habitacle. Ceux-ci seraient alors moins à risque d’être impliqués dans un accident lorsque la voiture s’immobilise en piste. Les bolides actuels doivent être mis en route à l’aide de démarreurs électriques manuels.

L’arrivée de la motorisation hybride repoussera l’adoption du nouveau moteur en série IndyCar de 2021 à 2022, ce qui coïncidera avec le dévoilement du nouveau châssis. Ce délai prolongera également la fenêtre d’opportunité afin qu’un troisième manufacturier se joigne à la série, après Honda et Chevrolet.

Les nouveaux règlements relatifs à la motricité des voitures seront valides pendant six ans – jusqu’en 2027 –, afin d’offrir de la stabilité aux manufacturiers et aux équipes inscrites au championnat.