(Budapest) Mercedes, Verstappen et McLaren bien notés, Ferrari, Pierre Gasly et Renault peuvent mieux faire, Lance Stroll et Racing Point piétinent : alors que la F1 entame ses vacances d’été, qui sont les bons et les mauvais élèves de la première partie de saison 2019 ?

Raphaëlle PELTIER
Agence France-Presse

Mercedes première de classe, plus que jamais

PHOTO BENOIT TESSIER, REUTERS

Lewis Hamilton, encadré du patron de Mercedes, Toto Wolff (à sa droite) et de son coéquipier Valtteri Bottas (à sa gauche). On les voit après le GP de Monaco.

Quintuple championne du monde pilotes et constructeurs, Mercedes occupe la tête de la classe depuis 2014. Elle n’avait toutefois jamais réalisé un aussi bon début de saison, avec pas moins de dix victoires en douze courses, dont sept doublés. Au Championnat, les Flèches d’argent ont 150 longueurs d’avance sur Ferrari et 194 sur Red Bull. Lewis Hamilton, qui donne à ses performances la note de « 8,8 ou 8,9 » sur 10, plus s’il n’avait pas connu un week-end sans en Allemagne, mène lui avec 62 points de mieux que son équipier Valtteri Bottas. C’est d’autant plus remarquable que l’écurie était en difficulté au début des essais hivernaux. Seules ombres au tableau : des problèmes de refroidissement en Autriche, les erreurs des deux pilotes à Hockenheim et un Bottas qui commence à marquer le pas.

Verstappen, précoce et plus discipliné

PHOTO LASZLO BALOGH, AP

Le Néerlandais Max Verstappen, de l'écurie Red Bull, demeure aussi excitant sur la piste, et est beaucoup plus discipliné en général.

Avec trois podiums, dont deux victoires, lors des quatre dernières courses et enfin, en Hongrie, la première pole de sa carrière après 92 GP, Max Verstappen est l’homme en forme du deuxième tiers de la saison. Troisième du Championnat à sept points de Bottas, il part en vacances en ayant convaincu le jury qu’il est désormais le mieux placé pour mettre Hamilton sous pression. Finis les coups d’éclats qui faisaient de lui le mauvais garçon de la classe. Toujours aussi spectaculaire en piste, le Néerlandais de Red Bull, âgé de 21 ans seulement, a mûri et tient son tempérament sous contrôle.  

Stroll et Racing Point : ils doivent continuer à bûcher

PHOTO ATTILA KISBENEDEK, AFP

Lance Stroll et l'écurie canadienne Racing Point ont encore des croûtes à manger.

Le Québécois Lance Stroll a fini 17e avec Racing Point au terme du GP de Hongrie, le ramenant durement sur terre après sa belle 4e place au GP d'Allemagne une semaine auparavant. Le fait qu'il ait gagné seulement deux rangs par rapport à sa position de départ montre que son écurie, Racing Point, a encore des croûtes à manger. « Il n’y a pas grand-chose à dire à propos du week-end, ce qui est bien dommage, a dit le Canadien. J’ai eu un mauvais départ et je n’ai pas rattrapé de terrain au premier tour, ce qui est tellement important ici. J’ai été pris derrière la Williams de George Russell pendant toute la course.» À mi-chemin de la saison, Stroll est 12e au classement des pilotes avec a 18 points et Racing Point est 8e avec 31 points. « Nous allons nous regrouper durant la pause, a dit Stroll. Nous allons être prêts à nous battre en Belgique, où la piste devrait beaucoup mieux convenir à notre voiture. »

Ferrari doit encore et toujours s’appliquer

PHOTO LISI NIESNER, REUTERS

Le nouveau patron de l'écurie Ferrari connaît une première année difficile, tout comme son pilote No 1 le vétéran Sebastian Vettel.

Les essais hivernaux avaient laissé entrevoir une Scuderia dominatrice. Pourtant, Ferrari n’a encore gagné aucun GP et n’occupe que les quatrième et cinquième positions au classement des pilotes. Le choix de privilégier la puissance moteur aux appuis aérodynamiques, option retenue par Mercedes et Red Bull en concevant leurs monoplaces, n’était pas le bon. La Scuderia s’est aussi privée de belles opportunités à cause de pannes, notamment à Bahreïn où Charles Leclerc avait la victoire à portée de main. Sebastian Vettel, lui, continue de commettre des erreurs et a été privé du succès au Canada sur décision des commissaires. « Je me donne la note de 5 car j’ai eu des difficultés ici et là à maîtriser la voiture, admet-il. Mais je suis sûr de pouvoir faire mieux en deuxième partie de saison. »

McLaren a fait ses devoirs de vacances

PHOTO LASZLO BALOGH, AP

Mclaren s'est beaucoup améliorée durant l'hiver, ce qui permet à l'Espagnol Carlos Sainz de beaucoup mieux performer.

McLaren, qui végétait dans le ventre mou voire au fond de la classe depuis 2013, s’est offert une sérieuse remise à niveau pendant l’hiver. Neuvième en 2017 et sixième l’an dernier, l’écurie britannique est actuellement confortable quatrième chez les constructeurs, derrière les trois imprenables « top teams », avec 82 points, soit 39 d’avance sur Toro Rosso, cinquième. Elle permet en plus à l’Espagnol Carlos Sainz Jr, septième au classement des pilotes, de se montrer sous son meilleur jour et au Britannique Lando Norris, dixième, d’éclore dans de très bonnes conditions.

Le Français Pierre Gasly menacé de redoubler

PHOTO MATTHEW CHILDS, REUTERS

Ça ne va pas très bien pour Pierre Gasly, chez Red Bull.

Promu chez Red Bull en début de saison, après 26 courses seulement pour se roder chez Toro Rosso, Pierre Gasly déçoit, à l’exception de sa quatrième place en Grande-Bretagne mi-juillet. Il le sait, il va lui falloir « revenir plus vif et plus fort » en deuxième partie de saison pour conserver son baquet. Pilote de l’écurie sœur Toro Rosso, Daniil Kvyat, troisième en Allemagne, le convoite. Le Russe, promu de l’équipe italienne à Red Bull en 2015, rétrogradé en 2016, remercié courant 2017 avant de revenir en 2019, est bien placé pour savoir que leurs dirigeants n’ont guère de scrupules quand un pilote ne répond pas à leurs attentes.

Renault trop juste

PHOTO LASZLO BALOGH, AP

Daniel Ricciardo continue de sourire même si sa Renault est bien moins performante que la Red Bull qu'il pilotait l'an dernier. Mais on dit que lui et son coéquipier Nico Hülkenberg sont très déçus.

« Une première moitié de saison bien en deçà de nos objectifs. » Tel était le constat dimanche, à l’issue du GP de Hongrie, du patron de l’écurie Renault, Cyril Abiteboul. Alors que l’équipe ambitionnait de rester en 2019 quatrième chez les constructeurs en se rapprochant des meilleurs, elle n’est que sixième à 43 points de McLaren avec neuf courses encore à disputer à partir de la rentrée en Belgique du 30 août au 1er septembre. Attention également à l’attitude de ses pilotes Nico Hülkenberg et Daniel Ricciardo, qui semblent osciller entre démobilisation et agacement.