(Monza, Italie) Charles Leclerc a inscrit le meilleur chrono de chacune des deux premières séances d’essais libres du Grand Prix de Formule 1 d’Italie, vendredi, permettant à l’équipe Ferrari d’espérer mettre un terme à une disette de neuf ans sans victoire chez elle.

Daniella Matar
Associated Press

Leclerc, qui avait dominé la première séance en matinée, a retranché 0,068 seconde au chrono du meneur au classement des pilotes Lewis Hamilton en après-midi, et 0,201 à celui de son coéquipier au sein de la «Scuderia» Sebastian Vettel.

Le Québécois Lance Stroll a enregistré le 15e temps de la deuxième séance, à 1,728 seconde du Monégasque. Son coéquipier chez Racing Point, Sergio Perez, a suivi en 16e place à 1,904.

«Nous n’avons pas beaucoup tourné, donc c’est difficile de dire où nous nous situons pas rapport aux autres équipes, a confié le pilote de Mont-Tremblant. Les conditions variables ont rendu ma présence en piste très difficile, même en après-midi lorsque la piste s’est asséchée.

«Les autres sont sortis en début de (deuxième) séance afin de tester leurs réglages, mais nous en étions encore à analyser nos choix de gommes, pour le sec, a-t-il ajouté. Et lorsque nous sommes retournés en piste, il s’est mis à pleuvoir de nouveau. Il faudra analyser les données recueillies et redoubler d’efforts ce soir.»

Ferrari n’a pas triomphé sur ses terres depuis que Fernando Alonso a enlevé les honneurs du Grand Prix d’Italie en 2010. Leclerc a cependant signé sa première victoire en F1 le week-end dernier au Grand Prix de Belgique.

Hamilton est probablement le principal adversaire dont doit se méfier Leclerc. Le pilote britannique a gagné quatre des cinq dernières épreuves à Monza et tente d’obtenir une sixième victoire en Italie — ce qui lui permettrait de surpasser Michael Schumacher, avec lequel il partage le record (5) à ce chapitre.

D’ailleurs, Hamilton est conscient que la course dimanche sera serrée.

«Je m’attends à ce que (Ferrari) soit très rapide en ligne droite, mais il y a suffisamment de virages pour nous permettre de réduire l’écart, a-t-il confié. Ils (les pilotes de la "Scuderia") ne sont pas aussi rapides dans les virages, donc leur avantage devrait disparaître.»

La deuxième séance d’essais libres a été moins chaotique que la première, même s’il s’est remis à pleuvoir — le ciel s’était dégagé en fin de première séance —, et la deuxième a été brièvement interrompue afin de retirer du gravier qui s’était retrouvé en piste.

La séance matinale avait été interrompue trois fois par des drapeaux rouges, dont lors d’accidents impliquant Kimi Raikkonen et Perez. Les deux s’en sont sortis indemnes.

Carlos Sainz fils et son coéquipier chez McLaren Lando Norris s’étaient emparés des deuxième et troisième places en matinée, à respectivement 0,306 et 0,545 seconde de Leclerc.

Hamilton s’était classé quatrième, à 0,825 seconde, tandis que Vettel avait concédé plus de deux secondes à son coéquipier.

«C’était tout un défi en piste à cause de la météo, a admis Hamilton, et c’est un exercice qui ne fait aucun sens puisque la pluie augmente le niveau de risque, sans offrir aucune récompense. Nous n’apprenons rien (dans ces conditions), donc nous n’avons pas beaucoup tourné pendant la première (séance d’essais), mais c’était plus sec pendant la deuxième, donc ç’a été beaucoup plus bénéfique pour tout le monde.»

Hamilton, cinq fois champion du monde de F1, dispose d’un coussin de 65 points devant son coéquipier chez Mercedes Valtteri Bottas.

Stroll, qui n’avait effectué que neuf tours de piste, s’était classé 12e à plus de six secondes de Leclerc.

— Avec La Presse canadienne