(Paris) Répétition générale : l’ancien pilote de Formule 1 Fernando Alonso, en quête de succès dans les courses mythiques du sport automobile, poursuit sa préparation pour le Dakar en participant au Rallye du Maroc de samedi à mercredi.

Agence France-Presse

L’Espagnol, copiloté par son compatriote Marc Coma, quintuple vainqueur du Dakar en moto, ancien directeur sportif du plus célèbre des rallyes-raids et qui fait ses débuts dans le siège passager, s’aligne au volant d’une Toyota.

PHOTO CHRISTIAAN KOTZE, AFP

Fernando Alonso au volant de son Toyota Hilux durant les qualifications du rallye Lichtenburg 400, en Afrique du Sud, le 13 septembre 2019.

« Dans l’équipe, l’atmosphère est à la collaboration entre les pilotes, les copilotes, la direction, les ingénieurs et les mécaniciens », assure dans un communiqué Alonso, coaché par ses prestigieux équipiers Nasser al-Attiyah et Giniel de Villiers. « Savoir que je suis entre de bonnes mains me donne beaucoup de confiance. »

Des «essais» de 2596 kilomètres

« Marc et moi envisageons le Rallye du Maroc comme des essais supplémentaires : terminer l’épreuve nous permettrait de gagner en kilométrage et en expérience, poursuit-il. Cela dit, cela reste une course, donc j’ai un peu l’esprit de compétition. Je vais certainement comparer ma performance à celle de mes expérimentés équipiers et du reste du peloton pour comprendre à quel point il faut pousser dans des courses comme celle-ci alors que nous visons le Dakar. »

PHOTO CHRISTIAAN KOTZE, AFP

Il y a moins de fans en rallye tout-terrain qu'en F1, mais il y en a. L'Espagnol Fernando Alonso pose avec une fan avant le rallye Lichtenburg 400, le 13 septembre en Afrique du Sud.

Après plusieurs séances d’essais, celui que l’on surnomme le « taureau des Asturies » a participé mi-septembre à son premier rallye tout-terrain, le Lichtenburg 400, en Afrique du Sud.

Une expérience qui lui a permis de découvrir les risques et les aléas du rallye-raid, avec des tonneaux et un pare-brise brisé à la suite d’un choc avec un oiseau !

Longue et fructueuse relation avec Toyota

C’est déjà avec Toyota que l’Espagnol a remporté les 24 Heures du Mans en 2018 et 2019, ainsi que que le titre de champion du monde d’endurance en 2018/2019. Double champion du monde de F1 en 2005 et 2006, il a par contre échoué à remporter les 500 Miles d’Indianapolis en deux tentatives en 2017 et 2019.

Cinq étapes sont au programme du Rallye du Maroc, qui trace une boucle au sud de Fès avec Erfoud pour épicentre, avec en tout 2596 kilomètres à avaler, dont 1868 de spéciales.

Alonso pourra s’y confronter aux pointures de la discipline que sont le Français Stéphane Péterhansel (Mini), treize fois vainqueur du Dakar en moto et auto, le Qatari al-Attiyah (Toyota), triple vainqueur, ou encore l’Espagnol Carlos Sainz (Mini), double vainqueur.

Après le nord de l’Afrique et l’Amérique du Sud, le Dakar-2020 sera couru pour la première fois en Arabie saoudite au mois de janvier.