(FÈS (Maroc)) Fernando Alonso est parvenu à franchir mercredi la ligne d’arrivée du Rallye-raid du Maroc après une succession de péripéties qui ont émaillé sa participation à cette épreuve, choisie par l’ex-champion de Formule 1 pour préparer sa future participation au Dakar.  

Agence France-Presse

COMPTE TWITTER DE FERNANDO ALONSO

Samedi, Alonso a crevé trois fois et cassé une jante.

Alonso, bien épaulé par son copilote et compatriote espagnol Marc Coma, quintuple vainqueur du Dakar en moto et ancien directeur sportif du plus célèbre des rallyes-raids, a fini à la 27e place sur 33 du classement général, à l’issue de la 5e et dernière étape longue de 210 kilomètres.

Samedi, dès la première journée, une courte spéciale de 204 km qui s’annonçait roulante et destructrice pour les pneus, le double champion du monde de F1 (2005 et 2006) a été pris au piège, victime d’une série de trois crevaisons, et de la casse d’une jante. Relégué 21e d’entrée à près de 45 minutes du leader du jour, Nasser al-Attiyah, membre de la même écurie Toyota qu'Alonso (la marque japonaise est représentée par 8 véhicules).

Il a gravement endommagé son Hilux

Mais c’est la troisième étape qui a vu le double vainqueur des 24 H du Mans en 2018 et 2019, déjà sur Toyota, tout proche de l’abandon. En effet, Alonso a endommagé son pont avant et cassé une roue dans un trou, que Coma son co-pilote a décrit comme étant éventuellement fait par une machine de chantier. Ce trou en bord de piste n’était pas indiqué sur le Road book et d’autres équipages ont également été pris au piège avant que la direction de course ne prenne des mesures de sécurité.

COMPTE TWITTER DE FERNANDO ALONSO

Le Rallye-raid du Maroc est une occasion pour Alonso d'acquérir de l'expérience en prévision du Dakar.

L’équipage n’a pas pu terminer l’étape et a été rapatrié au bivouac par son team. Il a été autorisé à reprendre la course moyennant une pénalité de 70h, le privant de toute ambition de résultat sportif, mais laissant à Alonso la possibilité d’aller au bout de l’épreuve marocaine et donc d’engranger un maximum d’expérience pour ce qui est seulement son second rallye tout terrain après celui, mi-septembre, du Lichtenburg 400, en Afrique du Sud.

Le Rallye du Maroc 2019 a été remporté par le Sud-Africain Giniel de Villiers (Toyota), ce mercredi devant l’Espagnol Carlos Sainz (Buggy Mini) et le Français Mathieu Serradori (Century Racing CR6).