(Rome) Le président de la Fédération internationale de l’automobile Jean Todt a déclaré jeudi dans une interview au quotidien italien La Repubblica qu’il espérait pouvoir « un jour » assister à un Grand Prix de Formule 1 avec Michael Schumacher, grièvement blessé dans un accident de ski en 2013.

Agence France-Presse

« Il n’y a aucune nouvelle, si ce n’est le fait que Michael se bat chaque jour pour améliorer la situation », a déclaré Todt, qui était le directeur sportif de l’écurie Ferrari avec laquelle Schumacher a gagné cinq de ses sept titres mondiaux et qui est très proche de l’ex-pilote allemand et de sa famille.

PHOTO COR, AFP

À une époque plus heureuse, Michael Schumacher fait rire Jean Todt en entartant le patron de la F1 d'alors, Bernie Ecclestone. Le président de Ferrari, Luca Cordero di Montezemolo, regarde distraitement ailleurs. C'était lors d'une cérémonie dans le paddock Ferrari qui soulignait la 100e course en F1 de Schumacher. Il allait en disputer 205 autres dans sa carrière.

« Il est clair que nous devons tous l’aider et espérer qu’il y aura, disons, des progrès constants. J’ai dit la vérité, je vois des Grands Prix à la télévision avec lui. J’espère qu’un jour nous pourrons aller assister ensemble à un Grand Prix », a ajouté le dirigeant français.

Schumacher n’a pas été vu en public depuis qu’il a été blessé à la tête dans un accident de ski le 29 décembre 2013 à Méribel (Savoie). Quasiment aucune information n’a filtré depuis concernant son état de santé, mais de l’avis de neurologues réputés, l’ancien pilote, techniquement sorti du coma, est forcément dans un état végétatif.

« Nous devons l’accompagner dans ce combat, soutenir son épouse Corinna qui est une femme fantastique qui s’occupe de lui et de leurs enfants. Nous devons les aider en respectant leurs volontés au maximum », a estimé Todt.

« Michael est une légende du sport automobile. Je ne dis pas que c’est mal de lui vouloir du bien et de vouloir avoir de ses nouvelles. Mais il revient à la famille de décider ce qu’elle veut dire et ce qu’elle ne veut pas dire », a-t-il ajouté.

Jean Todt a également regretté que le passage de Schumacher à l’hôpital européen Georges-Pompidou à Paris au mois de septembre ait été révélé.

« Je suis stupéfait de voir que quand il est venu à Paris pour un contrôle à l’hôpital, des gens qui devraient respecter le secret médical ont parlé. […] Je trouve cela indigne et j’espère que nous trouverons la source », a-t-il dit.