Source ID:4364648; App Source:MVtoAUTO

Ski-Doo: Réinventer la motoneige

La nouvelle motoneige utilitaire Ski-Doo Skandic Tundra LT... (Photo fournie par BRP)

Agrandir

La nouvelle motoneige utilitaire Ski-Doo Skandic Tundra LT 2011.

Photo fournie par BRP

Marc Tison
La Presse

Pour concevoir des motoneiges, les designers doivent aussi les conduire. Pour notre entretien téléphonique, Jacques Mayrand, directeur, design et innovation, Ski-Doo, chez BRP, a interrompu les tests de confort aérodynamique et les essais de produits concurrents qu'il menait à Rimouski.

Car pour dessiner un nouveau modèle, les designers doivent avoir une connaissance quasi intime de l'engin qu'il remplace. «Qu'est-ce qu'on a appris? exprime Jacques Mayrand. Que va-t-on conserver et que va-t-on faire évoluer?»

Les designers suivent aussi de près l'évolution du «langage formel» en architecture, dans le mobilier et dans l'automobile. Même les tendances sociales sont pesées. Car il faut voir loin. La mise au point d'un nouveau modèle prend deux ans, et il demeurera entre cinq et sept ans sur le marché. En neuf ans, comment aura évolué son usager?

Tout ce brassage de données, en collaboration avec l'équipe de marketing, procure une idée directrice... mais pas encore de concept. Cette idée, pourtant, guidera ingénieurs et designers dans l'élaboration de ce que Jacques Mayrand appelle un mechanical package - une ossature mécanique. Elle fournit une série de points de référence périphériques, des «points durs» selon le mot de Jacques Mayrand, qui contraignent l'habillage de la machine.

Le moteur de la Skandic, le plus économe... (Photo fournie par BRP) - image 2.0

Agrandir

Le moteur de la Skandic, le plus économe de l'industrie, ne consomme que 8 litres aux 100 km.

Photo fournie par BRP

Pour illustrer son propos, il a choisi la nouvelle motoneige utilitaire Skandic Tundra LT, lancée en 2010. Le designer est fier de préciser que son moteur, le plus économe de l'industrie, ne consomme que 8 litres aux 100 km.

Le modèle précédent était ramassé, haut perché sur des suspensions à leviers qui enserraient un nez camus. Le nouveau projet privilégie plutôt une coque large, bien assise sur des suspensions avant télescopiques, pour mieux faire flotter l'engin dans la neige profonde.

Le mandat des designers a été défini par les trois mots-clés: «Sympathique, tout en étant costaud et radical.» Antinomique? Tout à fait. Et c'est voulu, question d'exacerber la créativité des designers. Car le Skandic Tundra sera le tracteur des neiges de l'agriculteur ou du trappeur, mais également le véhicule de loisir de leur famille. Sa morphologie doit exprimer cette dualité.

«On commence alors à faire la recherche d'idées, avec plusieurs designers de diverses tendances, décrit encore Jacques Mayrand. Certains seront très bons dans les détails et la texture, d'autres dans l'attitude.»

Cette «attitude», c'est le caractère, la présence, l'impact - toutes qualités élusives et indéfinissables.

Chaque designer élabore ses propositions, dans une sympathique émulation. Au contraire d'un fabricant automobile français, où Jacques Mayrand a travaillé et où les designers cachaient leurs esquisses en espérant coiffer leurs collègues au poteau, les designers de BRP n'hésitent pas à s'inspirer les uns des autres et à s'épauler. «C'est cette phase qui procure la plus grande richesse du produit», observe Jacques Mayrand.

Toutes ces influences et ces inspirations convergent en une proposition, comme à la sortie d'un entonnoir. Ce concept sera modélisé numériquement, élaboré en maquettes à l'échelle, puis concrétisé en modèles grandeur nature en argile. Peu à peu, il sera amélioré et peaufiné jusqu'à l'approbation finale.

Avec les modeleurs numériques et les  modeleurs... (Photo fournie par BRP) - image 3.0

Agrandir

Avec les modeleurs numériques et les modeleurs d'argile, l'équipe de designers de la Skandic a proposé un capot formé de longs plans à peine bombés, qui se rencontrent sur des arêtes vives.

Photo fournie par BRP

Avec les modeleurs numériques et les modeleurs d'argile, l'équipe de designers aura compté jusqu'à huit personnes. Pour notre Skandic, ils ont proposé un capot formé de longs plans à peine bombés, qui se rencontrent sur des arêtes vives. Qu'est-ce qui le rend sympathique? Son museau épaté, qui s'arque entre les deux piliers des suspensions télescopiques.

Et quelle est la touche radicale? Peut-être son bloc-phares, aigu comme une étrave et prolongé en pare-brise.

Jacques Mayrand aurait souhaité que cet article soit illustré d'une photo de motoneige en action, «puisque c'est d'abord une expérience que nous concevons». Le Skandic Tundra, a-t-il soutenu, «ramène le plaisir de la motoneige d'antan dans les sous-bois».

Là-dessus, il est retourné sur les sentiers.




Recherche

la boite:1602537:box;tpl:auto_300_recherche.tpl:file;

Nouvelles les plus populaires

 
image title
Fermer
image title
Fermer