Source ID:news·20120514·LA·0085; App Source:cedromItem

L'aventure comme remède au burnout

La famille Guillaume-Gur a eu la piqûre du... (Photo fournie par la famille)

Agrandir

La famille Guillaume-Gur a eu la piqûre du voyage en famille et projette de répéter l'expérience dans le futur.

Photo fournie par la famille

Simon Diotte
La Presse

Deux mois. C'est le temps qu'ont pris Alex Guillaume et Françoise Gur pour organiser leur voyage de 10 mois jusqu'en Amérique centrale. Soixante jours pour choisir un véhicule récréatif (VR), louer la maison, prendre les dispositions nécessaires pour leur travail et planifier leur itinéraire, tout en partant avec leurs deux enfants d'âge préscolaire. Ouf!

Dire qu'au départ, l'idée de faire un road trip ne leur avait jamais traversé l'esprit. Sauf qu'en 2010, Françoise file un mauvais coton. Son travail de contrôleur aérien la stresse énormément. L'épuisement professionnel la guette. «Le médecin voulait lui prescrire des antidépresseurs», se rappelle Alex, âgé de 40 ans. Bref, ce n'est pas jojo.

L'élément déclencheur du voyage: une sortie au zoo. Alex aperçoit, sur le chemin du retour, un VR usagé à vendre. Il regarde sa conjointe dans les yeux et lui demande: «Veux-tu partir?» Françoise s'emballe. Au diable les pilules, son remède sera la route. Elle prend une année sabbatique, tandis qu'Alex, fondateur du réseau social Bougex.com, travaillera à distance. Les enfants, Léonie, 5 ans, et Sofia, 2 ans et demi, suivront.

Le grand départ

Le 11 septembre 2010, c'est le grand départ. La famille monte à bord d'un vieux Ford E350 - 1990, d'une longueur de 24 pieds, ayant 188 000 km au compteur. Le couple l'a payé 15 000$. Trois choix ont guidé leur achat: son prix abordable, son moteur diesel (la mécanique est plus simple, selon Alex) et son habitacle intérieur spacieux.

«On avait deux lits qu'on n'avait pas à faire et à défaire chaque jour», dit Alex.

Pendant les premiers mois, le vieux Ford remplit ses promesses. Sauf qu'il en sera tout autrement en arrivant à la frontière mexicaine. À partir de cet instant, jusqu'à leur retour, les ennuis mécaniques se succéderont sans relâche. La saga des freins a de quoi remplir un livre. «On roulait parfois avec seulement 10% de puissance de freinage», racontent-ils. Résultat: ils découvrent le pays de Diego Rivera par ses ateliers mécaniques. «Mon espagnol «mécano» est devenu excellent», se félicite Alex.

Au Mexique, le couple découvre une réalité bien différente au niveau du service à la clientèle. «Là-bas, si le garagiste n'a pas les pièces, c'est à toi de les trouver. Lui n'entreprend aucune démarche pour les dénicher», dit le père de famille. Les voyageurs consacrent des journées entières à chercher des pièces de rechange.

De nombreuses découvertes

Malgré les tracas, ils ont vécu un beau voyage. Leurs 10 mois de nomadisme leur ont permis de découvrir les parcs nationaux de l'Ouest américain, le Mexique, le Guatemala ainsi que beaucoup de stationnements de Walmart!

Et les enfants? «Pour eux, c'était la vie normale. Ça ne les dérangeait pas du tout de ne pas dormir à la maison», soutient Françoise.

Le couple repartirait demain, mais jamais de la vie avec leur vieux condo sur roues, bazardé à leur retour pour 12 000$. Ont-ils regretté leur achat? Oui. Mais Françoise voit les choses du bon côté.

«Les mésaventures nous ont permis de rencontrer une foule de gens», dit-elle. Ce que les voyageurs en VR climatisé tout neuf n'ont pas le bonheur de faire.

Vous pouvez lire leur blogue avec quelques mois de retard: roadtrip.bougex.com




Recherche

la boite:1602537:box;tpl:auto_300_recherche.tpl:file;

Nouvelles les plus populaires

 
image title
Fermer
image title
Fermer