(Pékin) Le légendaire constructeur automobile britannique Aston Martin a présenté mercredi à Pékin son tout premier modèle VUS, signe de l’importance du marché chinois pour la marque chère au cœur de James Bond.

Agence France-Presse

PHOTO JOE WHITE, REUTERS

Le DBX a été dévoilé simultanément à Beverley Hills, en Californie (ci-haut), et à Pékin.

Le dernier modèle de la marque connue pour ses voitures de sport qui figurent dans 11 films du célèbre espion, a été dévoilé par Barbara Woodward, ambassadrice de Sa Majesté en Chine.

Le véhicule, baptisé DBX, constitue « la plus grande expansion de notre portefeuille de produits depuis 106 ans », a souligné devant la presse le patron de l’entreprise, Andy Palmer, évoquant « une nouvelle ère » pour la marque fondée en 1913.

PHOTO GREG BAKER, AFP

Journalistes et invités photographient l'Aston Martin DBX à Pékin.

Le fabricant, dernier constructeur 100 % britannique, compte sur la Chine pour se relancer, après avoir traversé des difficultés ces dernières années, notamment une perte de 13,5 millions de livres (23,2 millions de dollars canadiens) au dernier trimestre.

Dans cette perspective, le nouveau modèle a été pensé pour le marché chinois, où les VUS représentent près de la moitié des immatriculations. Malgré leur consommation élevée, ils sont appréciés des consommateurs qui aiment pouvoir transporter leur famille élargie.

PHOTO JOE WHITE, REUTERS

Le DBX a été dévoilé simultanément à Beverley Hills, en Californie (ci-haut), et à Pékin.

Grâce à ce nouveau modèle, Aston Martin espère « plus que doubler » ses ventes en Chine, qui représentent 500 exemplaires par an, déclare M. Palmer à l’AFP.

Le constructeur espère produire environ 4000 exemplaires en moyenne par an dans une nouvelle usine au Pays de Galles. Cette année, Aston Martin prévoit vendre de 6300 à 6500 à unités, tous modèles confondus.

PHOTO GREG BAKER, AFP

Le VUS Aston Martin DBX.

Selon l’Agence internationale de l’énergie, les VUS sont la deuxième source d’augmentation des émissions de CO2 après le secteur énergétique, avec 40 % des véhicules vendus l’an dernier dans le monde.

Interrogé sur ce point, M. Palmer reconnaît que son DBX « est à l’évidence orienté sur les performances ». « C’est à ça que sert une Aston Martin », confie-t-il.

PHOTO GREG BAKER, AFP

Journalistes et invités photographient l'Aston Martin DBX à Pékin.

Alors que Porsche a dévoilé en septembre un premier modèle 100 % électrique, Aston Martin compte marcher sur les pas de son concurrent allemand avec sa marque Lagonda « qui sera relancée en tant que marque entièrement électrique » à l’horizon 2022 ou 2023.

Dans un pays où les plus riches disposent parfois d’un pouvoir d’achat phénoménal, Aston Martin n’a pas lésiné sur les finitions, souligne Andrew Haslam, directeur du projet DBX.

« Le consommateur chinois d’aujourd’hui a une vision très détaillée du luxe », observe-t-il, assurant que tous les matériaux (calandre en aluminium, cuir pour les sièges, bois pour les portières) sont authentiques. « Le luxe doit être vrai, le faux n’est pas acceptable », explique-t-il.

Prix « recommandé » du DBX : 193 500 euros (285 165 dollars canadiens).