(Munich, Allemagne) C’est dans un hangar désaffecté où l’on assemblait autrefois des wagons qu’Audi a présenté sa future locomotive : la RS6 Avant. Un modèle d’exception – comme toutes les déclinaisons RS d’ailleurs – que le distributeur canadien de la marque inscrira à son catalogue l’an prochain.

Éric LeFrançois Éric LeFrançois
Collaboration spéciale

Un retour au pays pour cette signature hors du commun puisque, rappelons-le, quelques dizaines d’unités avaient été parcimonieusement distribuées sur notre territoire au début des années 2000, mais uniquement sous les traits d’une berline. 

À cette époque, l’auto produisait, par l’entremise d’un V8 4,2 litres suralimenté par deux turbocompresseurs, 444 chevaux. La quatrième mouture en développe 600 par l’entremise cette fois d’un V8 4 litres turbocompressé doté de la technologie hybride de 48 volts. 

De quoi lui permettre d’atteindre les 100 km/h en 3,2 secondes et de souffler à la Mercedes E63 S AMG et à la Porsche Panamera Sport Turismo – ses seules concurrentes – le titre de familiale la plus rapide au monde.

Au Canada

La commercialisation de la nouvelle mouture – la quatrième du nom – débutera au cours de l’été 2020 au Canada et, déjà, de nombreux clients ont réservé la leur, même si le prix n’a pas encore été officiellement annoncé. 

Naturellement, c’est un véhicule de niche qui s’adresse essentiellement à des enthousiastes, mais l’aura qui entoure ce modèle rejaillira sur l’ensemble de la gamme.

Éric Tremblay, directeur de compte pour Park Avenue Audi

Depuis l’annonce officielle du retour de la RS6, déjà deux clients de ce concessionnaire de la Rive-Sud (Montréal) ont commandé ce véhicule dont le prix devrait avoisiner les 130 000 $. 

À défaut de mettre la main sur l’une des RS6 qui seront importées au Canada, le consommateur pourra se tourner vers une autre revenante (commercialisation prévue au printemps 2020), la A6 Avant. Aussi fonctionnelle, seulement moins pressée.