(Bolzano, Italie) Malgré la déferlante VUS, l’A4 et ses dérivés s’accrochent. Cette mise à niveau de l’A4, deuxième modèle en importance de la marque au Canada, s’applique à la démarquer face à des rivales plus nombreuses et à faire fructifier son héritage, sans que jamais l’idée de l’amender ne paraisse l’effleurer.

Éric LeFrançois Éric LeFrançois
Collaboration spéciale

Injectés à dose homéopathique, les changements sont à peine perceptibles à l’œil nu. On finit par relever que la calandre s’est aplatie et élargie, que les ailes sont plus saillantes. La ligne d’épaulement perd de l’altitude.

PHOTO AUDI AG

L'Audi A4

La signature lumineuse de l’A4 évoque à la fois l’étude GT e-Tron (avant) et l’A6 (arrière). Il s’agit là de subtiles modifications de détail pour rajeunir le dessin, explique-t-on chez Audi. C’est bien ce que l’on avait cru comprendre. Le conservatisme qui préside à cette mise à niveau de l’A4 ne procède pas d’une réticence au changement, mais de la nécessité de le distiller avec tact et modération pour que les quatre anneaux conservent tout leur éclat.

Les modifications les plus marquantes se trouvent à l’intérieur, où la qualité d’exécution demeure toujours une référence dans l’industrie.

PHOTO FOURNIE PAR AUDI AG

L’Audi A4 Allroad

Celui de l’A4, mélange de rigorisme des formes et d’élégance, se montre à la hauteur de cette réputation. Les matériaux sont toujours aussi agréables au toucher et le « clic » très étudié qu’émet à chaque passage de cran chaque commande est encore aujourd’hui inégalé. En revanche, l’intégration d’une version évoluée du système d’infodivertissement nous laisse une impression mitigée, dans la mesure où il demande régulièrement – faute de dédoublement de certaines commandes « conventionnelles » – de quitter la route des yeux pour naviguer dans les menus et sous-menus. Seule solution : vous astreindre à répéter indéfiniment le même ordre avant qu’il soit exécuté par le système de reconnaissance vocale.

PHOTO AUDI AG

L'Audi A4

En dépit de ses formes rafraîchies, l’A4 conserve les mêmes dimensions, tant extérieures qu’intérieures. C’est-à-dire un habitacle taillé pour quatre adultes normalement constitués. Pas plus. Les occupants trouveront à redire sur la faible quantité de rangements à bord et le volume de chargement correct, mais pas exceptionnel du coffre. Sans corriger tous ces défauts, l’A4 Allroad apparaît, en raison de sa plus grande modularité, beaucoup plus intéressante et une option de rechange assez convaincante par rapport à certains utilitaires dont les consommateurs raffolent tant.

L’homogénéité, la carte maîtresse

Les précédentes A4 souffraient d’être des voitures au comportement routier trop lisse et plutôt avares en sensations.

PHOTO AUDI AG

L’Audi A4 Allroad

Le constructeur s’est attaché depuis à soigner le « toucher de route » en retravaillant la direction, pour faire remonter dans le volant des informations plus précises, mais aussi et surtout la suspension, jusqu’alors trop ferme. L’A4 bénéficie toujours d’un train de roulement « adaptatif », capable de faire varier l’action des amortisseurs en fonction de la situation de conduite : en cas de sollicitation soutenue, ils se durcissent, mais si l’on roule plus modérément, le confort est préservé. Puisqu’il est question de confort, soulignons l’excellence de l’acoustique de ce modèle.

PHOTO AUDI AG

L’Audi A4 Allroad

Un châssis un peu plus animé, un confort toujours plus ouaté, mais une mécanique à laquelle il manque tout de même une âme. Le 2-litres, seul moteur qui l’anime, déploie non sans une certaine grogne une puissance linéaire et un couple très solide, mais sans véritable émotion. À ce chapitre, les mécaniques proposées par ses plus sérieuses concurrentes (BMW et Mercedes) demeurent – à cylindrée équivalente – plus caractérielles, à défaut d’être aussi économiques à la pompe. Par chance, la boîte à double embrayage à sept rapports proposée par Audi corrige en partie cette lacune en raison de sa vitesse d’exécution.

PHOTO AUDI AG

L’Audi A4

Très sourcilleux sur la sécurité, Audi a prévu une dotation complète de « filets de sécurité ». Hélas, plusieurs d’entre eux exigent un débours supplémentaire avant de monter à bord. Elle impose, comme d’habitude aussi, une liste d’options qui font grimper exagérément la facture.

PHOTO AUDI AG

L’Audi A4 Allroad

Pour le reste, l’A4 confirme ses qualités traditionnelles que sont une excellente qualité de finition, un rendement agréable et un comportement routier assuré, peu importe le coefficient d’adhérence de la chaussée, et une version familiale (Allroad) offrant une polyvalence étonnante. A contrario, elle impose comme d’habitude une liste d’options coûteuse et un moteur auquel il manque une certaine noblesse.

Transplantation cardiaque

PHOTO FOURNIE PAR AUDI AG

L’Audi S4

La S4 regagnera sa place au catalogue canadien de la marque aux anneaux, mais non sans subir au préalable une transplantation cardiaque. Il faut savoir en effet qu’en Europe, ce modèle soulève désormais son capot à une motorisation turbodiesel. Pour le marché nord-américain, cette dernière sera vraisemblablement remplacée par un moteur V6 essence suralimenté.

Hybride a minima

PHOTO FOURNIE PAR AUDI AG

Le moteur 2 litres des A4 et A4 Allroad intègre un système d’hybridation légère 12 volts.

Le moteur 2 litres des A4 et A4 Allroad intègre un système d’hybridation de 12 volts… À première vue, il semble s’agir d’un hybride a minima, voire subliminal. Dès lors, les avantages liés à cette technologie sont réduits à leur plus simple expression. En pratique, la présence de cette quincaillerie additionnelle permet, en théorie, de réduire de 0,3 L/100 km la consommation.

Note de la rédaction : les frais de voyage liés à cet essai ont été payés par Audi Canada.

FICHE TECHNIQUE

Moteur

L4 DACT 2 litres suralimenté

245 ch entre 5000 et 6500 tr/min

273 lb-pi entre 1600 et 4300 tr/min

Performances (A4/Allroad)

Poids : 1645 kg – 1735 kg

Rapport poids/puissance : 6,7 kg/ch – 7 kg/ch

Accélération : 5,8 secondes – 6 secondes

Vitesse maximale : 250 km/h (limitée électroniquement)

Boîte de vitesse

De série : automatique 7 rapports

Optionnelle : aucune

Mode d’entraînement : intégral (4 roues motrices à prise temporaire)

Capacité du réservoir et essence recommandée

58 litres

Super

Consommation (Données du constructeur)

9,6 L/100 km (A4)

10 L/100 km (Allroad)

Dimensions (en millimètres, audi a4)

Empattement : 2820

Longueur : 4762

Hauteur : 1431

Largeur : 1847

Pneus

245/40R18 (A4)

245/45R18 (Allroad)