Les logiciels de reconnaissance vocale sont bien meilleurs qu’au début mais les développeurs ont encore de la difficulté à intégrer toutes les variantes du langage naturel et des divers accents dans les commandes vocales automobiles.

LA PRESSE

BMW et Microsoft ont annoncer un chantier conjoint censé améliorer l’interaction verbale avec les systèmes d’infodivertissement. Un des projets vise à permettre des conversations plus fluides et naturelles avec l’interface BMW Personnal Assistant.

PHOTO BMW

BMW veut rendre possible des conversations initiées par le logiciel, dans certains domaines. 

On peut déjà dire à sa voiture : «Hé, BMW, j'ai froid», et s'attendre à ce que le chauffage s'allume. BMW veut une personnalisation accrue des commandes en langage naturel, mais l’amélioration visée n’est pas à sens unique. BMW veut rendre possible des conversations initiées par le logiciel, dans certains domaines. 

Langage naturel et conversation dans les deux sens

On n’imagine pas (encore) le véhicule qui demande à la personne au volant : «Alors, est-ce que ta douce moitié est encore fâchée parce que tu as acheté une Z4 M40i au lieu d'un X3 ?» Mais le BMW Personal Assistant pourrait être rappeler au (ou à la) propriétaire de l’auto qu’il faut faire faire l’inspection des freins et le changement d’huile. Cela pourrait entraîner une conversation simple menant à la prise d’un rendez-vous d’entretien chez le concessionnaire (ou un garage moins cher, surtout si la douce moitié est encore fâchée). L’indicateur d’intervalle de service BMW donne déjà --visuellement-- ce genre de rappel à l’écran à chaque fois qu’on met le contact. Mais les gens ont tendance à prêter de moins en moins attention à ces messages visuels brefs et une conversation orale pourrait être plus efficace, semble croire BMW. 

BMW ne le mentionne pas, mais tous les constructeurs travaillent sur des commandes vocales qui exigent le moins d'attention possible. Si on parle naturellement, sans avoir à se remémorer une formule apprise par coeur, on est moins impliqué dans l'opération et moins d'attention est détournée de la tâche principale, soit conduire.

Une interface verbale plus souple et plus naturelle permettrait aussi aux conducteurs de gérer plus facilement et de façon plus sécuritaire les courriels, l’agenda et, présumément, la navigation et toutes les commandes pouvant être activées verbalement.