(Francfort) Le constructeur automobile BMW a annoncé jeudi une hausse de 6,2 milliards d’euros d’ici 2031 des commandes de cellules de batteries, composantes clés des voitures électriques, avec notamment un nouveau contrat de 2,9 milliards d’euros attribué à Samsung SDI.

Agence France-Presse

Celui-ci s’ajoute au contrat existant avec le chinois CATL sur la période 2020-2031, dont les commandes sont passées de 4 à 7,3 milliards d’euros (5,9 à 10,7 milliards de dollars canadiens).

PHOTO FREDERIC J. BROWN, AFP

Une hybride rechargeable BMW i8 exposée au Salon de l'auto de Los Angeles le 20 novembre 2019.

L’investissement supplémentaire doit permettre au groupe « d’assurer sur le long terme » ses besoins en cellules, a expliqué Andreas Wendt, directeur des achats du groupe.

BMW prévoit 25 hybrides ou tout électriques d’ici 2023

L’annonce souligne l’ampleur du virage électrique de l’industrie automobile allemande dans la course de respecter les strictes normes européennes d’émissions de CO2 qui entrent en vigueur dès l’année prochaine.

PHOTO TOLGA AKMEN, AFP

BMW prévoit commercialiser sa Mini électrique dès le printemps 2020. On voit ici un modèle pré-production, présenté à l'usine BMW-Mini de Cowley, en Angleterre, le 9 juillet 2019.

BMW a prévu 25 modèles électrifiés – hybrides ou entièrement électriques – d’ici 2023. Le groupe prévoit de vendre en 2021 deux fois plus de ces voitures par rapport à 2019 puis une croissance de 30 % en moyenne par an d’ici 2025.

Les cellules lithium-ion sont essentielles aux batteries rechargeables de voitures électriques, mais peu de constructeurs se hasardent à les produire eux-mêmes – ce qui supposerait des investissements colossaux pour des volumes encore limités. Beaucoup préfèrent conserver le choix entre plusieurs fournisseurs spécialisés, d’autant que les technologies évoluent rapidement.  

PHOTO BOBBY YIP, REUTERS

Les cellules lithium-ion sont essentielles aux batteries rechargeables de voitures électriques, mais peu de constructeurs se hasardent à les produire eux-mêmes, préférant sous-traiter à des spécialistes.

La Chine abrite les deux tiers des capacités de production du globe. Assurant un quart de l’offre planétaire, le mastodonte CATL est numéro un, devant le japonais Panasonic, un autre chinois, BYD, le sud-coréen LG-Chem et Samsung-SDI.

Des groupes chinois, japonais et sud-coréens construisent même déjà des usines en Europe, à l’image de CATL près d’Erfurt en Allemagne. BMW « est le premier client » de ce site, explique BMW, rappelant qu’il a « intensément soutenu et accompagné » l’installation du fournisseur chinois en Allemagne.

PHOTO ODD ANDERSEN, AFP

Une hybride BMW i8 en recharge à Francfort, en Allemagne.

Pour rattraper le retard, la France et l’Allemagne espèrent voir la création d’un projet européen dit « Airbus des batteries ». Entre 5 et 6 milliards d’euros, dont 4 milliards d’argent privé, seront investis dans ce projet, auquel Bruxelles a donné son accord de principe.

Par ailleurs, BMW « s’approvisionnera directement » auprès des mines, notamment en Australie et au Maroc et assure que « le respect des standards environnementaux et des droits de l’homme », souvent remis en question dans ces exploitations, « est une priorité absolue ».