(Milan) Le fabricant de voitures de luxe Ferrari a revu à la baisse lundi ses objectifs pour 2020, notamment son chiffre d’affaires, en raison du coronavirus, qui a un impact sur ses ventes et a mis un coup d’arrêt au championnat de Formule 1.

Agence France-Presse

Le constructeur prévoit désormais un chiffre d’affaires compris entre 3,4 et 3,6 milliards d’euros, contre plus de 4,1 milliards d’euros avant l’éclatement de la pandémie, soit une baisse de 14 à 20 %.

PHOTO GUGLIELMO MANGIAPANE, REUTERS

Le président du conseil d'administration de FCA et de Ferrari, John Elkann, posant aux côtés de la Ferrari Roma devant le palais présidentiel Quirinale à Rome, le 15 novembre 2019.

La marque au cheval cabré a aussi revu ses autres objectifs comme celui de son bénéfice avant impôt et amortissement, fixé désormais entre 1,05 et 1,2 milliard d’euros, contre entre 1,38 et 1,43 milliard précédemment.

La pandémie « aura un impact surtout sur les résultats du deuxième trimestre, provoquant une forte réduction des revenus et des dérivés de la Formule 1, des activités liées à la marque et à la vente de moteurs à Maserati », a expliqué le groupe dans un communiqué.

La F1 a récemment indiqué « viser » un début de saison en Autriche le 5 juillet, probablement « sans spectateurs », alors que le premier Grand Prix, annulé in extremis à cause du coronavirus, aurait dû se dérouler en Australie mi-mars.

Au premier trimestre, le chiffre de Ferrari d’affaires a reculé de 1 % à 932 millions d’euros. Les revenus provenant de la commandite et liés à la marque ont chuté de 30 %, en raison du report de la saison de F1 et de la moindre fréquentation de ses magasins et musées, tandis que ceux issus de la vente de moteurs ont dévissé de 44,2 %.

En revanche, les revenus engendrés par la vente de bolides ont augmenté de 7,3 %, tandis que le nombre de véhicules livrés (2738 bolides) progressait de 4,9 % sur les trois premiers mois de l’année.

Mi-avril, le patron de Ferrari, Louis Camilleri, avait souligné que le portefeuille de commandes était « plus fort que jamais », mais celui-ci pourrait aussi pâtir de la pandémie.

Sur le trimestre, le bénéfice net du groupe a reculé de 8 % à 166 millions d’euros, en ligne avec les prévisions des analystes, alors que le chiffre d’affaires est lui légèrement inférieur aux attentes.

L’an passé, Ferrari avait livré plus de 10 000 bolides dans le monde, une première dans son histoire. Porté par ces ventes, son chiffre d’affaires avait augmenté de 10,1 %, à 3,76 milliards d’euros.