Le Kia Seltos veut faire sa marque dans le très concurrentiel marché du VUS. Jetons un coup d’œil à trois de ses rivaux.

Éric LeFrançois Éric LeFrançois
Collaboration spéciale

Jeep Compass

PHOTO FOURNIE PAR LE GROUPE FCA

Le Jeep Compass

Prix : à partir de 25 900 $

Au même titre que le Seltos, le Compass de Jeep se trouve à cheval entre deux catégories. Par rapport à l’offre de Kia, le Compass offre de réelles aptitudes en tout-terrain, un système d’infodivertissement plus convivial et un habitacle aussi spacieux. En outre, le Compass a la capacité de tracter une charge. En contrepartie, le Compass n’affiche pas le même raffinement ni la même agilité que le Seltos.

Les suspensions du Jeep sont plus bondissantes, la boîte à neuf rapports souffre parfois d’étourderie et les motorisations proposées ne sont pas plus fougueuses que celles du Seltos, mais consomment plus d’essence.

Mazda CX-30

PHOTO FOURNIE PAR MAZDA

Le Mazda CX-30

Prix : à partir de 23 950 $

Tout comme le Seltos, le CX-30 est un nouveau venu dans la catégorie. Élégant et bien proportionné, ce Mazda pèche par des glaces aussi étroites que des meurtrières. Cela incite l’automobiliste à s’en remettre à des aides à la conduite – heureusement de série – pour mieux voir autour de soi. En dépit de ses dimensions extérieures généreuses, le dégagement à l’arrière et le volume du coffre sont inférieurs à ceux de la Kia.

Le CX-30 prend sa revanche sur sa rivale sud-coréenne en matière de présentation générale (finition superbe et matériaux moussés de qualité) et de comportement routier. Plus dynamique à conduire, le Mazda se révèle plus agréable avec le moteur 2,5 litres qui se retrouve sur les déclinaisons les plus chères.

Nissan Qashqai

PHOTO FOURNIE PAR NISSAN

Le Nissan Qashqai

Prix : à partir de 21 498 $

Partiellement rénové ce printemps, le Qashqai affiche une mine rajeunie et fait le plein de nouveaux dispositifs de sécurité. Ainsi, toutes les déclinaisons bénéficient de capteurs d’angles morts, de freinage d’urgence en marche arrière. Ces éléments viennent compléter le « bouclier de sécurité 360 » qui comporte également d’autres avancées comme le freinage automatique d’urgence avec détection de piétons ou encore le capteur de sortie de voie.

Sans oublier, sur les déclinaisons plus huppées, un dispositif de conduite semi-autonome (Pro Pilot Assist). Dans ce domaine, le Qashqai devance le Seltos. En contrepartie, Nissan ne propose qu’une seule motorisation (2 litres de 141 chevaux). Celle-ci n’est guère plus enjouée que celle du Seltos. Pas plus que la tenue de route, d’ailleurs.