Le Mercedes-Benz GLS présenté au Salon de New York a une fonction CarWash. Le GLS ne se lave pas tout seul, mais ce dispositif — offert en série — est utile quand on arrive au lave-auto du coin avec l’imposant bestiau. 

LA PRESSE

En activant cette fonction, juste avant d’entrer, la suspension ajustable soulève le GLS à la hauteur maximale, ce qui réduit la distance entre les roues en raison de la géométrie des essieux, explique le constructeur allemand.

Il est alors plus facile d’insérer le GLS dans la porte de garage sans rien accrocher et le personnel du lave-auto a un meilleur accès aux roues et à l’intérieur des arches de roues, deux endroits souvent crasseux, surtout après avoir roulé hors des routes asphaltées. 

« HÉ, MERCEDES, LAVE MON CHAR ! »

Il n’y a pas de bouton sur lequel est écrit «CarWash», c’est la commande vocale «Hé, Mercedes, active CarWash» via le système d’infodivertissement MBUX (ou avec le doigt sur l’écran tactile dans les réglages rapides, pour ceux qui n'aiment pas parler aux machines).

La fonction CarWash prend aussi plusieurs précautions qu’on oublie souvent : 

- rabattre les miroirs, 

- fermer les fenêtres et le toit ouvrant, 

- éteindre le détecteur de pluie pour empêcher l’activation automatique des essuie-glaces,

- mettre la clim en mode recirculation d’air,

- mettre à l’écran les images avant de la caméra 360°, qui aident le conducteur à mieux voir quand il entre le GLS dans le lave-auto.

Et tous ces réglages sont désactivés automatiquement dès que le GLS atteint la vitesse de 20 km/h.

Une excuse de moins pour rouler avec une auto sale...