Malgré les compressions, le groupe allemand Daimler poursuit le développement de sa technologie de conduite autonome. Trente luxueuses berlines de Classe S modifiées pour faire la navette sans pilote sillonnent donc présentement les routes de la Californie.

Alain McKenna Alain McKenna
Collaboration spéciale

Ces essais pourraient durer plusieurs mois, selon le constructeur, ce qui fera l’affaire des amateurs de grandes voitures de luxe.

Mercedes-Benz a déjà procédé à des essais de véhicules autonomes près de son siège social, à Stuttgart, en Allemagne. Cette fois, les voitures accueilleront toutefois des passagers qui ne sont pas que des employés du groupe Daimler, ce qui s’avère une première pour l’entreprise. Son objectif n’est pas de lancer sa propre version haut de gamme d’un service à la Uber ou Waymo, mais plutôt de récolter des données sur les habitudes de déplacement des consommateurs et sur la logistique derrière l’opération d’un réseau de véhicules automatisés.

Plus tôt cet automne, le PDG de Daimler, Ola Kallenius, avait indiqué que la priorité serait mise sur une technologie pouvant avant tout équiper les véhicules commerciaux parcourant de longues distances sur l’autoroute.