Nissan a montré au un prototype qui devrait être le tome 2 de l’électrification du constructeur japonais : l’Ariya tout électrique indique qu’un VUS électrique devrait bientôt rouler dans les traces de la Leaf. Ce serait son premier modèle électrique depuis le lancement de la Leaf en 2010. 

LA PRESSE

PHOTO EDGAR SU, REUTERS

Le modèle de production qui s'inspirera de l'Ariya pourrait être la réponse de Nissan aux I.D. Crozz, Maxda MX-30, Tesla Model Y et Rivian R1S, quatre VUS électriques concurrents attendus en 2020.

Nissan a besoin rapidement d’un VUS électrique pour répondre aux défis qui seront lancés en 2020 par la concurrence avec le Volkswagen I.D. Crozz, le Maxda MX-30, le Model Y de Tesla et, peut-être, le Rivian R1S. La compagnie n’a pas eu besoin de chercher loin : l’Ariya est une version moins flamboyante du prototype IMx, montré à Tokyo en 2017.

PHOTO JAE C. HONG, AP

L'Ariya semble être une version moins flamboyante du prototype IMx, montré à Tokyo en 2017, puis au CES de Las Vegas de 2018 (ci-haut).

La ligne est plus conventionnelle, avec un toit à hauteur normale, la rendant proche de celle d’un VUS qu’on pourrait produire en série sans que les ingénieurs de production et les sous-traitants aient à se casser le ciboulot avec des pièces de carrosserie hors normes : pas de portes à ouvertures opposées, des roues moins gigantesques, etc. Et sans surprise, certaines excentricités futuristes ont disparu : ainsi, on a remplacé les rétrocaméras par des miroirs extérieurs conventionnels.

PHOTO NISSAN

L’Ariya est mu par deux moteurs électriques (donc il y a le rouage intégral).

La calandre de l'IMx, avec ses prises d'air béantes, a été remplacée par un bouclier en tôle beaucoup plus simple, comme on en voit sur les véhicules électriques en remplacement des calandres grillagées qui étaient nécessaires au refroidissement du moteur à explosion. Le capteur radar et d'autres senseurs sont logés dans ce bouclier.

Nissan en profite pour faire un peu de promotion croisée en soulignant que l’Ariya est équipée de la dernière version de son système de conduite assistée ProPilot, qui peut contrôler la voiture à l’intérieur de la même voie sur une autoroute. À moins d’imprévu nécessitant un arrêt, le conducteur doit reprendre le volant seulement quand il faut dépasser ou à l’approche de la bretelle de sortie.

Le communiqué indique que l’Ariya a deux moteurs électriques (donc le rouage intégral), mais le devis technique n’a pas été publié, alors on ne sait pas quelle autonomie le véhicule aura, ni aucune autre donnée de performance.