(Paris) L’alliance automobile franco-japonaise Renault-Nissan-Mitsubishi annoncera un nouveau plan stratégique le 27 mai, en pleine crise du coronavirus, un projet qui doit permettre plus de synergies entre les trois partenaires.

Agence France-Presse

« La conférence de presse de l’Alliance aura lieu le mercredi 27 mai à 9 h, heure de Paris », a simplement indiqué Renault dans un communiqué lapidaire diffusé mardi matin.

En raison des précautions sanitaires face à la pandémie de COVID-19, l’évènement sera organisé « en ligne » et portera sur « l’avancement des activités de l’Alliance », a précisé Nissan.

L’ensemble franco-japonais en difficulté devrait préciser des annonces faites en janvier sur le partage des rôles en son sein. L’idée est de confier à l’une des entreprises un leadership pour une région ou une technologie donnée, sur lequel les autres partenaires devraient s’appuyer, afin d’éviter les développements en doublon et multiplier les synergies.

Dans la foulée, Nissan annoncera un plan de redressement le jeudi 28 mai en même temps que ses résultats annuels 2019/20 (clos le 31 mars) attendus dans le rouge.

Le vendredi 29 mai, ce sera au tour de Renault de présenter son propre plan. Le constructeur avait dit tabler en février sur 2 milliards d’euros d’économie sur trois ans, sans exclure de fermer des sites.

Le groupe au losange, qui a enregistré l’an dernier ses premières pertes en dix ans, avait vu début avril sa notation abaissée au rang d’investissement spéculatif par Standard and Poor’s. L’État français envisage de garantir un prêt bancaire d’environ 5 milliards d’euros pour l’aider à surmonter la crise actuelle.

Sous Carlos Ghosn, l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi s’était hissée au premier rang mondial des constructeurs automobiles par le nombre d’unités vendues. Mais elle a perdu son titre l’an dernier, dépassée par Volkswagen et Toyota, après l’arrestation et la chute de l’ancien patron, soupçonné de malversations.

Le président de l’alliance, Jean-Dominique Senard, a décidé de rompre avec la stratégie de volumes à tout prix attribuée à M. Ghosn pour se concentrer sur la rentabilité. Le plan présenté mercredi ne devrait pas fixer d’objectif chiffré de volumes ou de chiffre d’affaires.

Le dernier plan de l’alliance présenté par Carlos Ghosn en 2017 tablait sur 14 millions de véhicules vendus par an à l’horizon 2022, un objectif déjà jugé hors d’atteinte avant la pandémie. Renault-Nissan-Mitsubishi a écoulé 10,16 millions d’unités l’an dernier, un chiffre en baisse de 5,6 % sur un an.

Le marché automobile mondial est attendu en chute de 20 % en 2020 à 72 millions d’unités, selon l’agence Moody’s.