Une benne remplie d’idées, des motorisations hybrides (légères, mais hybrides tout de même), une suspension pneumatique et des tarifs alléchants. Le RAM 1500 a de quoi plaire, mais pas à tout le monde.

Éric LeFrançois Éric LeFrançois
Collaboration spéciale

Au Canada, la bonne santé financière de FCA est largement attribuable au RAM 1500 qui, à lui seul, représente près de 40 % des ventes du groupe. Son mérite est d’autant plus grand que cette camionnette est parvenue, ces 25 dernières années, à forcer son entrée dans une forteresse que l’on disait imprenable en raison de la domination exercée par Ford et General Motors.

PHOTO FOURNIE PAR DODGE

Le RAM 1500 a de quoi plaire, mais pas à tout le monde.

Plusieurs des camionnettes qui circulent sur les routes ne transportent ni madriers ni boîte à outils régulièrement, ni ne remorquent bateau ou roulotte. Cela en dit hélas long sur leur pouvoir de séduction. Hélas ? Dans la mesure où cette catégorie de véhicules devrait être privilégiée par des consommateurs qui en ont réellement besoin. 

L'attrait du pickup

Ce pouvoir de séduction des camionnettes s’explique aujourd’hui de plusieurs façons. Après des décennies de statu quo, ce créneau trimbale depuis quelques années déjà une benne débordante de nouvelles idées toutes plus séduisantes les unes que les autres.

PHOTO FOURNIE PAR DODGE

Si la camionnette a pour fonction, régulièrement, d’accomplir des travaux de toutes sortes, la proposition de RAM ne manque pas d’attraits.

La volonté du groupe FCA d’arbitrer le duel entre GM et Ford pour la suprématie de ce segment a sans doute largement contribué à la popularité de la camionnette grand format en dehors des chantiers de construction et des régions rurales.

Aujourd’hui, on se procure parfois un tel véhicule pour le transport occasionnel de meubles ou de matériaux de construction. Si tel est le cas, mieux vaut en louer un quelques heures, quelques jours auprès d’une agence de location à court terme. Cela évitera de composer quotidiennement avec un véhicule aux dimensions encombrantes, difficile à garer et coûteux aussi bien à l’usage que pour l’environnement.

Des options en veux-tu en v'la

En contrepartie, si la camionnette a pour fonction, régulièrement, d’accomplir des travaux de toutes sortes, alors là, c’est une tout autre histoire, et la proposition de RAM ne manque ici pas d’attraits, à la condition de faire preuve de patience et de jugement. En effet, le monde de la camionnette offre la possibilité d’en commander une sur mesure. À moins de vouloir de quoi occuper vos soirées estivales ou de savoir exactement ce que vous recherchez, il y a de fortes chances que vous acquériez celle qui se trouve sur le terrain du concessionnaire de votre choix. Conséquemment, vous l’aurez compris, il est impossible de passer en revue toutes les combinaisons proposées par cette camionnette. Encore moins de porter un jugement sans appel compte tenu des multiples combinaisons possibles.

PHOTO FOURNIE PAR DODGE

Tout y est : système de divertissement avec écran vertical à la Tesla, sellerie de cuir, sièges réfrigérants, etc.

Outre le physique imposant et musculeux de sa partie avant, le RAM 1500, dans ses configurations les plus huppées, a de quoi surprendre un néophyte. Celui-ci n’a rien de rustique, et les versions endimanchées ont de quoi faire rougir une automobile de grand luxe. Tout y est : système de divertissement avec écran vertical à la Tesla, sellerie de cuir, sièges réfrigérants, etc. La liste des accessoires est si longue qu’il vous faudra sans doute plusieurs écrans de La Presse pour la passer en revue. À cela s’ajoute également une liste – aussi longue – de caractéristiques de sécurité actives et passives qui ne souffrent pas de la comparaison avec les autres véhicules.

Enveloppé de luxe

Le RAM a été le premier – on remonte ici à 1994 – à ouvrir toutes grandes ses portes à l’ergonomie, science qui effrayait certains esprits étroits qui imaginaient une machination susceptible d’émasculer l’apparente robustesse de leur véhicule. Les commandes sont parfaitement accessibles, et l’instrumentation est parfaitement lisible et reconfigurable. L’écran tactile posé majestueusement au centre propose une navigation facile et intuitive dont certains constructeurs de luxe pourraient s’inspirer.

PHOTO FOURNIE PAR DODGE

L'accoudoir central peut en prendre.

Par ailleurs, le RAM est doté d’un accoudoir central à usages multiples capable d’avaler tablette, ordinateur et tous ces accessoires essentiels à la vie moderne. Sa présence a incité ses concepteurs à dessiner une molette rotative pour sélectionner les rapports. L’idée a du bon pour gagner de l’espace, mais on peine tout de même à s’y habituer. La présentation d’ensemble ne manque pas de fraîcheur ni de luminosité, mais la qualité de finition, elle, n’est pas toujours au rendez-vous. Sur le modèle essayé, par exemple, l’une des petites lumières scotchées sous les baquets avant pendouillait au bout de son fil… Voilà qui est un peu désolant pour un véhicule vendu plus de 60 000 $. Les sièges avant procurent un confort agréable sur de longues distances, mais manquent cruellement de support.

PHOTO FOURNIE PAR DODGE

Le Dodge RAM 1500

À l’arrière, c’est pire. En revanche, le dégagement pour les occupants est impressionnant, et la possibilité de condamner en tout ou en partie les assises – il suffit de les escamoter contre les dossiers pour se créer un « coffre volumineux » rapidement accessible – figure parmi les éléments appréciés. À cela, il convient d’ajouter les rangements (verrouillables) dans les longerons de la benne. Ceux-ci, comme un évier, sont dotés d’un bouchon qui permet de mettre sur la glace vos boissons favorites et de bénéficier d’une prise étanche pour faire fonctionner des articles électriques. De bonnes idées, mais à quand un couvercle de benne plus malléable ? Celui du RAM apparaît plutôt fragile (les loquets particulièrement), encombrant et pas aussi perméable qu’il le prétend.

Coussin d’air

« Suspension sautillante », « perte de motricité une fois la benne délestée », « tenue de cap aléatoire », voilà des commentaires qu’on ne formule plus à bord de cette camionnette.

PHOTO FOURNIE PAR DODGE

Outre le physique imposant et musculeux de sa partie avant, le RAM 1500, dans ses configurations les plus huppées, a de quoi surprendre un néophyte.

Même s’il importe de ne pas chercher les limites ou de transgresser les lois de la physique à son volant, le RAM n’en demeure pas moins très civilisé et agréable. Sa direction, douce à défaut d’être précise, permet de négocier les grands virages avec assurance.

Celle-ci disparaît dès que les courbes se resserrent ou exigent de réaliser des manœuvres dans les espaces étroits en raison d’un diamètre de braquage comparable à celui d’un paquebot. À cela, il convient d’ajouter une pédale de freinage qui mériterait de gagner en fermeté et des étriers en robustesse pour immobiliser en toute confiance ce véhicule.

PHOTO FOURNIE PAR DODGE

Les commandes sont parfaitement accessibles, et l’instrumentation est parfaitement lisible et reconfigurable.

Assisté d’une suspension pneumatique à la fiabilité mieux maîtrisée, le RAM fait preuve d’un confort pour le moins étonnant. Il s’agit sans doute là d’une de ses qualités les plus probantes face à l’offre de la concurrence, tout comme l’insonorisation de la cabine. Seuls les larges rétroviseurs extérieurs sifflent légèrement à la rencontre du vent. Le RAM affiche globalement un comportement routier rassurant (le sous-virage n’apparaît que très tardivement), mais on s’étonne surtout de la vitesse de passage en courbes particulièrement élevée pour un véhicule dont le centre de gravité se trouve à plusieurs centimètres du sol.

Battant multifonction

PHOTO FOURNIE PAR DODGE

Par rapport à un battant traditionnel, le multifunction tailgate (c’est son nom) pèse une trentaine de kilos de plus.

Après GMC, au tour du RAM 1500 de proposer un battant dit « multifonction ». Celui-ci s’ouvre à la verticale, bien sûr, mais aussi à l’horizontale en deux sections indépendantes (60 : 40). Par rapport à un battant traditionnel, ce multifunction tailgate (c’est son nom) pèse une trentaine de kilos de plus.

Hybridation légère

Cet essai a été réalisé avec un comparatif entre les deux versions du 5,7-litres (régulière et hybride léger). En toute honnêteté, les différences sont peu notables en matière d’accélération et de reprises. La différence se fait davantage sentir en matière de consommation puisque la version hybride, ou e-Torque, a permis une réduction de 0,6 L/100 km.

Considérant la taille de ce moteur V8, les performances sont honnêtes, sans plus. Il n’entame en rien cependant sa capacité de remorquage, et le RAM 1500 n’a éprouvé aucun mal à nous faire oublier sur plus de 1400 km la remorque de 6200 kg attachée à son dos.

C’est peu, et les concepteurs de cette camionnette auraient très certainement eu de bien meilleurs résultats en attaquant le véritable problème de cette camionnette : son poids. Un effort consenti (et ressenti) chez Ford et GM. Pas chez FCA. Dès lors, la motorisation V6 de 3 litres turbodiesel apparaît en ce moment la mieux adaptée à cette camionnette.

Le retour de l’EcoDiesel

PHOTO FOURNIE PAR DODGE

Le V6 3 litres EcoDiesel effectuera sa rentrée à l’automne dans le RAM 1500.

À la suite des tergiversations de FCA avec les autorités américaines de l’environnement l’hiver dernier, d’aucuns estimaient que le constructeur italo-américain allait réviser son intention de boulonner un moteur turbodiesel sous le capot du RAM 1500. Pas du tout. Le V6 3 litres EcoDiesel effectuera sa rentrée à l’automne et se targue déjà d’offrir la plus grande capacité de remorquage de sa catégorie (5697 kg) à l’aide de ses 480 livres-pied de couple. Produit en Italie, ce moteur sera offert sur une multitude de configurations au sein de la gamme, mais FCA ne précise pour l’heure ni le prix ni sa consommation.

Faites partager votre expérience

La Presse publiera prochainement l’essai des véhicules suivants : BMW Z4, Jeep Gladiator, Kia Niro (EV et PHEV), Subaru BRZ. Si vous possédez l’un de ces véhicules ou si vous envisagez d’en faire l’acquisition, nous aimerions bien vous lire.

FICHE TECHNIQUE

Moteur

V8 ACC 5,7 litres atmosphérique (hybridation légère)

395 chevaux à 5600 tr/min

410 lb-pi à 3950 tr/min

Performances

Rapport poids/puissance : 6 kg/ch

Diamètre de braquage : 14,8 mètres (roues 20 pouces)

Capacité maximale de remorquage : 5157 kg (moteurs à essence)

Boîte de vitesse

De série : Automatique 8 rapports

Optionnelle : Aucune

Pneus

275/55R20

Capacité du réservoir et essence recommandée

98 litres – 125 litres (option)

Ordinaire

Consommation

13,2 L/100 km

Dimensions

(Cabine Équipe – benne 6 pieds)

Empattement : 3898 mm

Longueur : 6142 mm

Hauteur : 1968 mm

Largeur : 2084 mm