Consumer Reports critique durement la nouvelle version de «Navigate», une fonction du système de conduite assistée Autopilot de Tesla. Sa mise à jour récente est censée permettre de changer de voie sur l’autoroute sans aide du conducteur. Mais elle «ne marche pas très bien», «n’est pas pratique du tout» et pose des risques pour les conducteurs, dit le magazine de l'Union américaine des consommateurs.

LA PRESSE

Le verdict : «C’est comme superviser un ado qui prend le volant pour la première fois. Comme tous les parents le savent, c’est bien plus pratique et moins stressant de conduire soi-même», résume Jake Fisher, le patron des essais automobiles chez Consumer Reports.

Un reproche aux gouvernements

Ce n’est pas la première fois que l’équipe technique de Consumer Report exprime ses réserves face à la sécurité d’Autopilot. La dernière mise en garde contient même un reproche aux autorités de laisser des constructeurs automobiles vendre des logiciels de ce type sans homologation préalable : «Tesla montre ce qu’il ne faut pas faire pour arriver à l’autonomie automobile : mettre en service des systèmes de plus en plus automatisés sans approbation adéquate. Avant de vendre ces systèmes, les constructeurs devraient être tenus de prouver leur sécurité aux pouvoirs publics», dit David Friedman, vice-président de Consumer Reports. À cet effet, il recommande d’imposer «des simulations rigoureuses, des essais sur piste et la supervision d’essayeurs formés en sécurité dans des conditions réelles», bref, un processus d'homologation en bonne et due forme.

PHOTO TESLA

«En utilisation pratique, nous avons constaté que Navigate est loin derrière les aptitudes d’un conducteur humain. Cette fonction coupe les voitures sans leur laisser assez de place et ce, de manières qui enfreignent les lois», dit-il, après avoir consulté des représentants policiers de plusieurs États américains. «Par conséquent, le conducteur a souvent dû intervenir pour contrer les mauvaises décisions du système.»

Ces interventions se faisaient en agrippant le volant à deux mains et en appliquant une bonne force pour empêcher Navigate de changer de voie.

«Incroyablement myope»

Fisher, le patron des essais automobiles cité plus haut, a été aussi sévère : «Un tel système devrait aider le conducteur, mais en déployant cette technologie comme ils le font, c’est l’inverse». Selon lui, la fonction Navigate «est incroyablement myope. Elle ne semble pas réagir aux feux de freinage ni aux clignotants, elle est incapable de prévoir les intentions des autres conducteurs. Par conséquent, il faut constamment anticiper ce que (Navigate) va faire.»

Les essayeurs de Consumer Report ont noté deux comportements contraires à l’étiquette et à la sécurité au moment de changer de voie pour dépasser sur l’autoroute. D’abord, Navigate coupait carrément certaines voitures roulant beaucoup plus vite que la Tesla et arrivant derrière dans la voie de dépassement; il semblait incapable de les voir avant qu’elles soient trop proches.

Ensuite, il hésitait à changer de voie dans la circulation dense et quand il le faisait, il appliquait les freins tout de suite après, pour augmenter l’espace entre la Tesla et la voiture devant : «ça peut être une surprise très impolie pour le conducteur qui vient de se faire couper», écrit Consumer Report.

Consumer Report reproche aussi à Navigate de faire parfois des dépassements à droite sur une autoroute à deux voies. Inversement, il lui arrive aussi de rester dans la voie de dépassement. Ce sont deux infractions au code de la route dans plusieurs États (et au Québec). 

Ces faiblesses mettent en question non seulement la sécurité d'Autopilot mais aussi le réalisme des intentions d'Elon Musk, qui affirme que les Tesla seront pleinement autonome en 2020. Consumer Reports rappelle que selon le ministère des Transports américain, trois accidents mortels ont eu lieu alors qu'Autopilot était allumé, n'ayant pas détecté des obstacles sur la route.

En réponse aux critiques de Consumer Reports, Tesla a indiqué que les conducteurs utilisant correctement Navigate, d'Autopilot, ont parcouru des millions de milles et effectué des millions de changements de voies sécuritaires. Le constructeur note que les conducteurs doivent choisir de mettre Navigate en fonction, ce qui, alors, remplace le réglage par défaut obligeant le conducteur à confirmer un changement de voie ne appuyant sur le levier du clignotant. Quand les conducteurs optent d'allumer le système, ils sont prévenus que cela ne rend pas le véhicule autonome et qu'ils doivent demeurer en contrôle, ajoute Tesla.

Pour lire l'article de Consumer Report, cliquez ici.