(Pékin) Tesla affirme qu’un incendie survenu dans l’une de ses voitures à Shanghai, en Chine, a été provoqué par la défaillance d’un mécanisme de la batterie et que les enquêteurs n’avaient décelé aucune anomalie dans les systèmes du véhicule.

Associated Press

Le constructeur de voitures électriques a indiqué, vendredi, sur les réseaux sociaux, qu’une équipe avait examiné la batterie, les logiciels, les informations entourant la fabrication ainsi que l’historique du véhicule à la suite de l’incendie survenu le 21 avril dans un garage souterrain.

Selon l’entreprise, le système de la voiture n’est pas en cause et l’incendie est plutôt attribuable à une défaillance d’un module de batterie à l’avant du véhicule. Les modules sont des groupes de batteries assemblées. Panasonic est un fournisseur de Tesla.

Établie à Palo Alto, en Californie, la société avait annoncée en mai qu’elle allait effectuer une mise à jour du logiciel des batteries.

Aux États-Unis, les autorités fédérales enquêtent sur au moins trois incendies impliquant Tesla, dont un qui ayant coûté la vie au conducteur d’un Model S, en février dernier, à Davie, en Floride, près de Fort Lauderdale.

La National Highway Traffic Safety Administration se penche sur l’incendie survenu à Davie, tandis que le National Transportation Safety Board enquête sur des incendies à West Hollywood et à Mountain View, en Californie. L’incendie de Mountain View s’est produit à la suite d’un accident mortel survenu sur une autoroute.

Les incendies dans les batteries lithium-ion de Tesla peuvent se rallumer après avoir été éteints par les pompiers. La société a déclaré que l’extinction d’un incendie peut prendre jusqu’à 24 heures et que les pompiers devraient envisager de laisser la batterie brûler tout en protégeant les bâtiments voisins.

Tesla affirme que des incendies surviennent moins souvent dans ses véhicules par rapport aux voitures qui fonctionnent à l’essence.