Le magazine de l’Union des consommateurs américains, Consumer Reports, critique sévèrement l’application Smart Summon, de Tesla, et reproche au conducteur de tester sur le grand public un produit à moitié-prêt qui n’aurait pas dû être lancé dans son état actuel.

LA PRESSE

Smart Summon est une fonctionnalité récemment rendue disponible (par une mise à jour sur internet) grâce à laquelle un utilisateur peut faire venir à lui sa Tesla en mode autonome, dans un stationnement.

Dans un article sévère, les essayeurs de Consumer Reports expliquent que le logiciel sait accomplir certaines tâches, mais qu’il fonctionne de façon «intermittente» et sans procurer beaucoup d’avantages évidents aux consommateurs. 

Smart Summon peut extraire la voiture de sa case de stationnement, tourner et se diriger vers son propriétaire, contourner des objets stationnaires et s’immobiliser devant des piétons et ralentir à l’approche d’intersections quand il détecte du trafic perpendiculaire, note l’article publié aujourd’hui. Mais ça ne marche pas toujours.

Durant les essais faits par le magazine, le système Smart Summon semblait parfois «confus» au sujet de sa propre position. Ainsi, lors d’un essai en particulier dans un stationnement, il s’est éteint et a immobilisé la Tesla Modèle 3 des essayeurs, ayant déterminé à tort qu’il se trouvait dans la voie publique (Smart Summon est censé ne fonctionner que dans les stationnements privés). À d’autres occasions, le Modèle 3 s'arrêtait soudainement, sans aucune raison apparente.

COMME SI SMART SUMMON ÉTAIT IVRE 

«Il louvoyait à gauche et à droite, conduisant de manière erratique, comme un conducteur ivre ou distrait», écrit Consumer Report. «À une autre occasion, le Modèle 3 a roulé à contre-courant dans une allée à sens unique.»

L’analyste en chef de Consumer Report, Ethan Douglas, a exhorté Tesla à «cesser de faire les bêta-tests de ses voitures sur le grand public» en déployant des fonctionnalités avant qu’elles soient prêtes.

En informatique, un bêta-test désigne la première version d’une interface, d’un logiciel ou d’une application, qui est envoyéeà un petit groupe d’utilisateurs avertis. En vue de son amélioration, les utilisateurs ou “bêta-testeurs” envoient aux développeurs leurs commentaires et leurs suggestions.

Jake Fisher, le patron des tests automobiles chez Consumer Reports, ajoute que les consommateurs n’obtiennent pas une technologie ayant subi les tests rigoureux assurant qu’elle soit prête pour un usage grand public. Selon lui, les propriétaires de Tesla sont recrutés comme bêta-testeurs afin d’aider Tesla à raffiner Smart Summon, même s’ils ont payé 6000 $ US pour de l’automatisation. «Ce que les consommateurs ont obtiennent en réalité, c’est l’occasion de participer à une sorte d’expérience scientifique. C’est un work-in-progress », dit-il.

Rappelons que les autorités routières américaines ont déclaré s’intéresser à Smart Summons, après que des utilisateurs aient rapporté des accrochages et d’autres incidents dans des stationnements. La National Highway and Trafic Safety Administration a indiqué qu’elle avait ouvert un examen des signalements faits, et qu’elle n’hésiterait pas à ouvrir une enquête officielle et à prendre des mesures si elle le juge nécessaire. 

Pour en savoir plus, lisez un autre article sur Smart Summon en cliquant ici.

Pour lire l'article de Consumer Reports, cliquez ici.