(Los Angeles) Moitié véhicule blindé, moitié avion furtif, Elon Musk a dévoilé jeudi soir près de Los Angeles un étrange engin recouvert d’inox mat pour l’instant baptisé Cybertruck, qu’il a présenté comme le future camionnette 100 % électrique qui sera prochainement produite par sa firme Tesla.

Agence France-Presse

« Il ne ressemble à rien d’autre », a résumé en souriant le PDG de Tesla, en désignant la camionnette massive aux lignes angulaires lors d’un show très attendu, qui se voulait futuriste, mais qui a souvent pris un tour surréaliste.

A défaut d’arborer un design élégant, le Cybertruck affiche sur le papier des performances impressionnantes, abondamment vantées par Elon Musk avec des démonstrations impliquant des coups de masse, des jets de boules en acier voire des tirs de balles de calibre 9 mm (enregistrés sur vidéo) pour prouver la solidité de la carrosserie. Deux vitres ont été enfoncées, sans toutefois voler en éclats.

« C’est un alliage en acier inoxydable ultrarésistant que nous avons développé. Nous allons utiliser le même alliage pour la fusée spatiale (construite par sa firme SpaceX, NDLR) que pour le Cybertruck », a lancé Elon Musk.

La future camionnette de Tesla aura six places, pourra emporter plus de 1,5 tonne et sera capable de tracter 7 tonnes, a-t-il détaillé.

Le Cybertruck sera décliné en trois modèles, 39 900 $ US et 400 km d’autonomie pour l’entrée de gamme, jusqu’à 69 900 $ US et 800 km d’autonomie annoncée pour le modèle supérieur.

Et il pourra passer de 0 à 100 km/h en environ trois secondes, s’est réjoui le fantasque patron de Tesla.

Elon Musk avait promis que sa fameuse camionnette coûterait moins de 50 000 $ US, un prix dans la moyenne pour cette catégorie de véhicules, et qu’il surpasserait les performances du Ford F-150, numéro un aux États-Unis sur ce segment depuis longtemps.

Aucune date précise n’a été communiquée pour sa mise sur le marché, mais les analystes estiment que cette camionnette de Tesla ne pourra pas sortir des usines avant fin 2021 au plus tôt. Il ne serait donc pas le premier véhicule du genre à entrer en circulation aux États-Unis, la start-up Rivian (dans laquelle Ford a lourdement investi, de même qu’Amazon) ayant de bonnes chances de la devancer avec son R1T.

Les camionnettes et les VUS figurent parmi les véhicules les plus vendus aux États-Unis. Les marges importantes réalisées sur ces modèles permettent aux constructeurs de faire face à la hausse des coûts de l’acier et de l’aluminium, au plafonnement attendu des ventes et au déclin des voitures compactes (berlines et citadines).

Les camionnettes ont particulièrement le vent en poupe sur le marché américain, où leur part est passée de 13 % en 2012 à quelque 17,5 % cette année.