(Los Angeles) Un show futuriste et deux vitres cassées devenues virales : Elon Musk a été fidèle à sa réputation de trublion imprévisible de la tech en dévoilant jeudi le futur pick-up 100 % électrique de Tesla, à l’allure fort peu conventionnelle. Mais il a été victime de son sens très développé du spectacle.

Agence France-Presse

« Il ne ressemble à rien d’autre », a résumé en souriant le patron du constructeur californien, désignant son Cybertruck aux lignes anguleuses, qui ne déparerait pas dans un vieux film de science-fiction, lors d’une présentation au studio de design du constructeur à Hawthorne, en Californie.

Le spectacle soigneusement orchestré a toutefois déraillé quand Elon Musk a entrepris de vanter la solidité à toute épreuve de l’engin.

Musk a invité son directeur du design, Franz von Holzhausen, à prouver la résistance des vitres censées à l'épreuve des balles pare-balles en lançant une boule en acier dans la vitre du côté conducteur. Mais la balle s’est enfoncée sous le coup dans le verre, créant immédiatement une étoile de fissures. Von Holzhausen a fait une deuxième tentative dans l'autre vitre, avec le même résultat gênant. Mais dans les deux cas, la boule d'acier n'a pas traversé le verre, qui n'a pas cédé complètement.

HOTO FREDERIC J. BROWN, AFP

Elon Musk devant le Cybertruck

En effet, les deux tirs de Von Holzhausen ont fissuré un verre trempé qui, selon Musk, avait résisté à de nombreux tests d'impact : « Nous avons lancé des clés anglaises, nous avons lancé n’importe quoi, nous avons même jeté un évier dans la vitre, et ça n’a pas cassé. Pour une raison un peu bizarre ça s’est cassé ce soir, je ne sais pas pourquoi », a-t-il dit, avant de continuer son spectacle devant le véhicule aux vitres endommagées, pendant que les réseaux sociaux s’emparaient avec délice de l’incident.

Von Holzhausen, qui a 51 ans et semble en excellente forme, n'a même pas eu l'air de faire d'effort en décochant ces deux lancers « peut-être un peu trop fort », a blagué Elon Musk. Son élan était très fluide et on peut deviner qu'il a déjà lancé une balle de baseball.

Malgré son nom à consonance germanique, Franz von Holzhausen est né à Simsbury, au Connecticut, une petite ville située à mi-chemin entre Boston, la ville des Red Sox, et New-York la ville des Mets et des Yankees. Les Red Sox, qui ont fini au 3e rang de leur division en 2019, devraient peut-être l'inviter au camp d'entraînement.

Von Holzhausen a 51 ans et a dirigé le design des Tesla modèles S, X, 3, et Y, de même que le Roadster de 2e génération et le camion Semi.

Quelques minutes avant ce couac très public, Von Holzhausen avait fait une démonstration --réussie, celle-là-- de la résistance de la carrosserie. Il a donné deux bons coups de masse dans la portière du Cybertruck, sans que les impacts ne déforment ni n'égratignent le métal.

« Blade Runner » et James Bond

Le modèle présenté jeudi soir n’a vraiment rien de classique et Elon Musk avait d’ailleurs prévenu, parlant d’une allure « futuriste » et « cyberpunk » inspirée par « Blade Runner », le film de science-fiction de Ridley Scott, dont la scène d’ouverture est censée se dérouler en novembre 2019.

Certains experts estiment que le pick-up électrique Tesla aura du mal à séduire la clientèle traditionnelle de ce type d’engins. Mais « même si le pick-up de Tesla ne séduit pas les amateurs habituels du F-150, il n’en a pas forcément besoin », relevait Jessica Caldwell, directrice de la prospective pour le guide automobile Edmunds, dans une déclaration transmise à l’AFP avant la présentation.

« Si le pick-up Tesla n’était pas un peu polémique, ça ne serait pas une Tesla », estime-t-elle.

« Le fait que ce pick-up se détache de la norme sera considéré comme un atout, pas un défaut » pour les fans de Tesla et ceux qui aiment la technologie, abonde Karl Brauer, responsable des sites spécialisés Kelley Blue Book et Autotrader.

L’autonomie restera toutefois pour lui un facteur clef. « Il y a pire que de tomber à court d’énergie, c’est tomber à court d’énergie loin de toute civilisation, là où les pick-ups sont souvent employés », note l’expert.

Aucune date précise n’a été communiquée pour sa mise sur le marché mais les analystes estiment que ce pick-up de Tesla ne pourra pas sortir des usines avant fin 2021 au plus tôt. Il ne serait donc pas le premier véhicule du genre à entrer en circulation aux États-Unis, la start-up Rivian (dans laquelle Ford a lourdement investi, de même qu’Amazon) ayant de bonnes chances de la devancer avec son R1T.

Les pick-up et les VUS figurent parmi les véhicules les plus vendus en Amérique du Nord. Les marges importantes réalisées sur ces modèles permettent aux constructeurs de faire face à la hausse des coûts de l’acier et de l’aluminium, au plafonnement attendu des ventes et au déclin des berlines.

Avec La Presse