(Shanghai) Elon Musk, PDG de Tesla, a remis mardi à des clients chinois les tout premiers véhicules électriques sortis de son usine géante de Shanghai inaugurée l’an dernier.

AFP et AP

Pour l’occasion Elon Musk, tout sourire, a tenté d’improviser quelques pas de danse devant un écran géant qui présentait le Modèle 3, le véhicule d’entrée de gamme du groupe. Son prix sortie d’usine s'élève à 299 000 yuans (56 000 dollars CAN), après une réduction de prix récente. Les voitures ont été remises à une demi-douzaine de clients chacun portant pour l'occasion un t-shirt Tesla rouge.

PHOTO DING TING, AP

Posant avec ses clients, Musk a tenté d’improviser quelques pas de danse devant un écran géant qui présentait le Modèle 3.

Musk, qui peut être diplomate, a pris la peine de remercier les clients chinois ayant déjà acheté des Tesla, ce qui a aidé la compagnie à ses précaires débuts.

Un centre d'ingénierie Tesla en Chine

Musk a par ailleurs promis un centre d’ingénierie en Chine pour concevoir localement un véhicule destiné au marché mondial. Il n’a toutefois livré aucun calendrier.

Les premières voitures à être sorties de la chaîne de montage avaient été remises fin décembre à quelques employés qui avaient passé commande, mais aucun client ordinaire n’avait jusqu’à présent pu en prendre possession.  

L’usine de Shanghai, qui a ouvert en janvier 2019, fabrique déjà plus d’un millier de voitures par semaine mais Tesla espère en produire le double l’an prochain --y compris, bientôt, des VUS Modèle Y-- malgré un marché automobile chinois en plein repli, notamment en raison de la fin des subventions gouvernementales à la mi-2019. Le tout sur fond de ralentissement économique et de tensions commerciales avec les États-Unis.  

PHOTO DING TING, AGENCE XINHUA, VIA AP

« On va continuer à investir et augmenter cet investissement en Chine », a assuré Elon Musk devant un public conquis.

Dans un environnement économique morose, les principaux constructeurs automobiles ont ainsi été contraints de baisser leurs prix.

Les ventes mensuelles de voitures électriques --95 000 unités en novembre 2018-- ont chuté de près de 45% en novembre 2019. Mais elles demeurent encore supérieures de 1,3 % après 11 mois aux ventes de 2018.

« On va continuer à investir et augmenter cet investissement en Chine », a assuré Elon Musk devant un public conquis.

PHOTO DING TING, AP

Elon Musk s'est adressé à un parterre de dignitaires, de journalistes et d'employés, devant un écran géant qui présentait le Modèle 3, le véhicule d’entrée de gamme du groupe.

Tesla doit affronter un marché saturé qui recevra des douzaines de nouveaux modèles électriques déjà annoncés par GM, Volkswagen, Nissan et les chinois BYD et BAIC. Tous sont sous pression de la part du gouvernement chinois, qui a imposé des quotas de production de voitures électriques tout en éliminant les subventions. Cela transfère sur les constructeurs les coûts de l'électrification.

L’usine géante de Shanghai devait permettre à l’origine à l’entreprise américaine de contourner les effets de la féroce guerre commerciale que se livrent Washington et Pékin, en fabriquant sur place des véhicules plutôt qu’en les important.  

PHOTO DING TING, AGENCE XINHUA, VIA AP

L'usine Tesla de Shanghaï produit le Modèle 3 et devrait bientôt produire aussi le petit VUS Modèle Y, qui doit être lancé bientôt en Amérique du Nord et en Chine.

Tesla détient la totalité de l’usine de Shanghai et a profité d’une nouvelle législation chinoise : Pékin a levé en 2018 l’obligation faite aux constructeurs étrangers de nouer une alliance avec une entreprise locale pour la production de véhicules électriques ou hybrides.