Toyota s’est fait critiquer quand il a annoncé que la renaissance du coupé sport Supra se ferait avec BMW comme motoriste. La presse automobile nord-américaine a noté qu’une Supra avec un coeur de BMW Z4 serait aussi japonais qu’un maki enroulé autour d’un bout de saucisse blanche de Munich.

LA PRESSE

PHOTO TOYOTA

L'ingénieur Tetsuya Tada, patron de Toyota Performance.

L’ingénieur chargé de créer la nouvelle génération de Supra affirme rejette ces critiques : «Ça n’était pas (seulement) pour abaisser les coûts. La Supra devait avoir un 6-cylindres en I» et Toyota n’en fait pas, a dit Tetsuya Tada, le patron de Toyota Performance, au magazine américain Jalopnik. «Or, BMW en avait un bon.»

Toyota s’est donc allié à BMW, qui, de son côté, voulait rendre plus sportive la génération suivante de son cabriolet Z4. Les deux ont travaillé au design du moteur et partagé les frais. 

Le 6-cylindres en I, plus rare qu'avant

«Auparavant, de nombreux constructeurs avaient des 6-cylindres en I», mais plus maintenant, a dit Tada, parce que la longueur du moteur le rend «très difficile» à utiliser au niveau du design : «Vous perdez de l’espace pour le conducteur et pour le passager». 

PHOTO TOYOTA

Le 6-cyl. en I de la Supra (et de la BMW Z4).

Si Toyota avait décidé de faire la Supra sans aide d’un motoriste extérieur, cela aurait pris deux ou trois ans de plus, il aurait fallu ré-outiller une usine de moteurs, et la voiture aurait coûté plus de 100 000 $» (135 000 dollars canadiens), a dit Tada à Jalopnik. «Un prix si cher serait contraire à l’objectif d'une voiture sport Toyota», a dit Tada. À 63 690 $, la Supra de base n’est pas donnée, mais elle n’est pas complètement hors de prix non plus.

De nos jours, explique Tada, Toyota est comme tous les constructeurs, il doit s’allier avec d’autres quand vient le temps de faire des modèles spécialisés de petite série comme une deux-places sport. Toyota et BMW ont tous deux dit qu'une fois le développement du moteur terminé, les deux constructeurs sont repartis chacun de son côté et produit des voitures différentes.

Tada note qu'il a été «bombardé» avec les mêmes critiques quand Toyota s’est allié à Subaru pour concevoir la FT-86 (Subaru a fourni le 4-cyl. à plat boxer qui sert aussi dans sa BRZ). «Tout le monde pense qu’on voulait ce moteur parce qu’il abaisse le centre de gravité, mais c’est inexact. On a toujours voulu que la 86 soit une 2+2. Et les moteurs boxers sont très courts», et idéaux pour une voiture courte.