Quelle opinion les propriétaires de Highlander ont-ils de leur véhicule ? Quatre d’entre eux vous le disent eux-mêmes au bas de cet article. Mais avant, jetons un coup d’œil à la concurrence.

Éric LeFrançois Éric LeFrançois
Collaboration spéciale

FORD EXPLORER

PHOTO FOURNIE PAR FORD

L’Explorer tire profit de ses dimensions supérieures pour offrir un meilleur volume intérieur et utilitaire.

PRIX : À PARTIR DE 45 199 $

Tout comme le Highlander, l’Explorer porte le sceau de la nouveauté cette année. Toutefois, contrairement à son rival japonais, l’Explorer avance une conception plus hardie. Prometteuse sur papier, son architecture nouvelle ne livre pas son plein potentiel en matière d’agrément. Des raffinements sont à prévoir. Le moteur quatre cylindres suralimenté qui l’anime affiche plus de tempérament que celui du Highlander, mais la boîte à 10 rapports est affectée de langueur. Au chapitre de l’aménagement intérieur, l’Explorer tire profit de ses dimensions supérieures pour offrir un meilleur volume intérieur et utilitaire. À noter que l’Explorer est le seul utilitaire qui propose une version hybride rechargeable.

HONDA PILOT

PHOTO FOURNIE PAR HONDA

Le Pilot n’est plus une jeunesse, sans doute, mais son homogénéité en fait toujours l’un des meilleurs choix de la catégorie.

PRIX : À PARTIR DE 43 236 $

Le Pilot n’est plus une jeunesse, sans doute, mais son homogénéité en fait toujours l’un des meilleurs choix de la catégorie. Son comportement routier est solide et son étonnante agilité fait rapidement oublier sa taille et son poids. Son moteur V6 offre une courbe de puissance plus linéaire que le Highlander et cela se traduit par une accélération plus vive. Hélas, une version hybride tarde toujours à se manifester. Sur le plan de l’aménagement intérieur, le Pilot demeure une référence. De tous les modèles de ce segment, cet utilitaire est le plus ingénieux de tous (accès à la troisième banquette notamment) même si l’espace disponible à la troisième rangée est compté.

KIA TELLURIDE

PHOTO FOURNIE PAR KIA

Salué par la critique, le Telluride est à l’heure actuelle la coqueluche de la catégorie.

PRIX : À PARTIR DE 44 995 $

Salué par la critique, le Telluride (cela vaut également pour le Hyundai Palisade) est à l’heure actuelle la coqueluche de la catégorie. Et pour cause, cet utilitaire sud-coréen apparaît plus valorisant, plus cossu et aussi plus spacieux que plusieurs de ses concurrents, y compris le Highlander. Par rapport à ce dernier, le Telluride apparaît plus soigné, mieux équipé et plus polyvalent. Et il bénéficie aussi d’une meilleure couverture de garantie : 5 ans/100 000 km comparativement à 3 ans/60 000 km pour le Highlander. En contrepartie, le Telluride ne remporte pas tous les points de comparaison. La consommation de son moteur V6 est plus importante. Et Kia n’offre toujours pas une version hybride.

VOLKSWAGEN ATLAS

PHOTO FOURNIE PAR VOLKSWAGEN

Le Volkswagen Atlas un véhicule polyvalent et spacieux.

PRIX : À PARTIR DE 36 740 $ (MODÈLE 2020)

Volkswagen proposera très prochainement une version rafraîchie de l’Atlas. Hormis les retouches esthétiques, l’important à retenir de cette refonte sera la possibilité de greffer le rouage à quatre roues motrices au moteur 4 cylindres 2 litres suralimenté. Jusqu’à présent, ce mode d’entraînement s’arrimait exclusivement au glouton V6 3,6 litres. La proposition de Volkswagen intéressera les consommateurs en quête d’un véhicule polyvalent et spacieux. Dans ces deux domaines, l’Atlas fait pâlir le Highlander. En revanche, la qualité des matériaux laisse à désirer et la finition est apparue perfectible sur les modèles essayés jusqu’ici.

L’AVIS DES PROPRIÉTAIRES

« Un bon tracteur »

« Nous avons un Highlander LE AWD 2015. Nous apprécions son confort de roulement, l’espace intérieur, sa capacité de remorquage et sa fiabilité. En 2018, nous avons fait un voyage de 20 000 km en tirant une roulotte de 3500 livres. Le véhicule n’éprouvait aucune difficulté à tirer sa charge ni à freiner.

— P. Meloche

Elle roule encore

Je possède un Highlander 2003. Le compteur affiche fièrement 324 000 km. La rouille est pratiquement absente de la carrosserie et l’habitacle, de couleur beige, est demeuré particulièrement propre. Au chapitre de la mécanique, aucune réparation majeure n’a jusqu’ici été nécessaire. Que les entretiens réguliers.

— Ronald Prieur

Premières impressions

J’ai pris possession de mon nouveau véhicule le 8 janvier 2020, soit exactement cinq ans jour pour jour après la livraison de mon premier Highlander en 2015. Ma première impression est extrêmement positive… Que de qualité de finition et de technologie pour un prix très concurrentiel ! […]

Mon expérience des premiers kilomètres du modèle 2020 est excellente. J’ai réussi à obtenir 9 litres/100 km, pour un voyage à Ottawa qui incluait un déplacement vers le centre-ville d’Ottawa et plus de 10 km dans des quartiers résidentiels. Je n’ai aucun doute de pouvoir descendre cette consommation à moins de 9 litres au 100 km dans un trajet uniquement sur autoroute et obtenir près de 700 km d’autonomie avec un réservoir d’essence. J’explique en partie cette efficience par le fait que le moteur tourne à 1750 tr/min à 118 km/h, alors que mon 2015 oscillait à près de 2000 tr/min pour la même vitesse. […]

— Jacques R. Bleau

De l’hybride à l’essence

Je suis propriétaire de mon deuxième Highlander. J’ai loué un XLE-Hybrid en 2014. J’ai bien aimé le système hybride avec la transmission CVT. Douceur de roulement et consommation moyenne de 8,5 litres pour 100 km. De plus, il y a beaucoup d’espace dans le véhicule, ce que j’ai trouvé idéal pour notre long voyage en Floride. J’ai eu la première livraison du nouveau modèle en 2014 et j’ai eu quelques ennuis : système d’infodivertissement qui s’éteint tout seul et un pare-brise mal installé. Les deux défauts ont été corrigés sans frais et je n’ai plus eu d’ennuis par la suite.

J’ai changé en 2018 pour un Highlander SE. J’ai obtenu 5000 $ de plus que ma valeur de rachat malgré mon dépassement de kilométrage. Je suis propriétaire depuis deux ans et je n’ai eu aucun problème avec mon véhicule. J’ai opté pour un modèle à essence, car le système hybride est trop difficile à rentabiliser.

— Ian