Volkswagen va bientôt lancer un pickup en Amérique du Nord et le constructeur allemand pense qu'il n'aura pas à concevoir un véhicule aussi imposant que les F-150, RAM 1500 et Chevrolet Silverado qui dominent le marché ici. 

LA PRESSE

L’énormité des gros pickups américains et même des soi-disant intermédiaires comme le Ford Ranger et le Chevrolet Colorado crée une opportunité pour un véhicule un peu moins gigantesque, dit un haut dirigeant de Volks cité par le quotidien Detroit News.

: «Les intermédiaires grossissent, au point où ils ont maintenant la taille qu’avaient les gros pickups il n’y a pas si longtemps» et ils sont plus chers et consomment plus d’essence, explique Hein Schafer, premier VP du marketing chez Volkswagen. «Alors, on essaie de voir s’il y a de la place dans le marché pour un véhicule plus petit, potentiellement moins cher et qui est meilleur à la pompe.»

PHOTO VOLKSWAGEN

Volkswagen Tarok

Volks semble convaincu d'avoir trouvé une demande non satisfaite à remplir avec un pickup de petite taille comme personne n’en fait ici actuellement. 

Le constructeur allemand semble avoir une très bonne réaction du consommateur au sujet du Tarok, un prototype de petit pickup présenté au dernier Salon de l’auto de New York, monté sur une plateforme automobile MQB, et non sur un châssis en échelle comme les pickups américains. 

Le Detroit News fait remarquer que le Tarok a 4890 mm de longueur, soit 470 mm de moins que l’intermédiaire Ford Ranger (et 1453 mm de moins que le plus long F-150). Mais il a un gadget idéal pour la clientèle urbaine, jeune (et ne travaillant pas dans la construction) visée par un petit pickup : la benne 1,22 m peut être allongée à 1,86 m en abaissant le panneau derrière les sièges arrière et en pliant les sièges arrière comme on le fait dans un VUS. Avec le hayon ouvert, on atteint 2,77 m.

PHOTO VOLKSWAGEN

Avec le hayon ouvert et les sièges arrières repliés, la benne du Tarok atteint 2,78 m.

Vous pouvez mettre un mini-kayak ou une funboard là-dedans, et ça suffit amplement pour une clientèle qui n’a pas besoin de transporter un tas de gravier ou une mini-pelle mécanique.

Le Honda Ridgeline est le seul pickup vendu en Amérique du Nord qui soit assemblé sur une plateforme automobile et ses ventes sont toujours médiocres. Volks ne se laisse pas décourager par cela, au contraire, elle pense que le problème du Ridgeline est qu’il trop gros lui aussi et trop cher (entre 40 790 $ et 49 790 $) pour intéresser les urbains jeunes et moins jeunes.

Un petit pickup comme le Tarok, fabriqué à l'usine mexicaine de Volks, pourrait être vendu pour environ 30 000 $ CAN.

Le Detroit News cite aussi Michele Krebs, l’ancienne journaliste automobile devenue une analyste de marché très en vue : «Notre recherche montre qu’il y a peu de loyauté à la marque dans le segment des pickups plus petits. Les acheteurs de gros pickups sont les plus loyaux à leur marque; les acheteurs de pickups plus petits sont les moins loyaux.»