Sans surprise, Volvo glisse sous le capot de la série 60 (berline et familiale) sa mécanique hybride rechargeable. Face à une concurrence encore bien timide, le constructeur suédois détient ici une avance confortable.

Éric LeFrançois
Collaboration spéciale

D’autant plus que des déclinaisons plus typées encore (Polestar Engineered) sont proposées. Pour mémoire, celles-ci reprennent la base de la T-8 (code attribué à la version hybride rechargeable), mais produisent plus de puissance et disposent d’un système de freinage renforcé. Lequel, au cours de notre essai réalisé lors de l’avant-première de la S60 l’automne dernier, s’est avéré difficile à moduler et visiblement à court de mise au point.

La version T-8, moins puissante, mais tout aussi complexe avec cet amalgame turbo et compresseur, apparaît globalement plus homogène et moins coûteuse aussi à acquérir.

L’assistance correctement dosée – certains la jugeront un peu légère cependant – de sa direction permet de l’inscrire aisément dans les virages, mais sans plus.

Si la S60 a du mal à prendre l’ascendant sur le plan dynamique face aux autres berlines sport de la catégorie, la V60 (familiale) apparaît comme la proposition la plus intéressante de ce constructeur en raison de la polyvalence de sa carrosserie, de la modularité de son volume intérieur et de la conduite rassurante et confortable.

Autonomie électrique : 45 km (donnée du constructeur)

Autres modèles à considérer : Lexus ES300h, Lincoln MKZ Hybrid

Pour

Présentation flatteuse

Tour de force technique (compresseur, turbocompresseur et électricité)

Confort des sièges

Contre

Coût élevé

Comportement placide

Freinage pointilleux (Polestar Engineering)

Prix de détail suggéré : n.d.