• Accueil > 
  • Auto > 
  • Salons > 
  • Salon de l'auto de Pékin: la vitrine du plus grand marché automobile au monde
Source ID:; App Source:

25 millions d'autos vendues en 2015

Salon de l'auto de Pékin: la vitrine du plus grand marché automobile au monde

  • GALERIE-PHOTOS Cette femme examine une Porsche 911 Targa 4 exposée au Salon de l'auto de Pékin. (AFP)

    Plein écran

    GALERIE-PHOTOS Cette femme examine une Porsche 911 Targa 4 exposée au Salon de l'auto de Pékin.

    AFP

  • 1 / 26
  • Maxus, du constructeur chinois SAIC. (Reuters)

    Plein écran

    Maxus, du constructeur chinois SAIC.

    Reuters

  • 2 / 26
  • Les voitures électriques ont une certaine popularité en Chine et cette LeSee pourrait connaître du succès, surtout si elle est moins chère que le Modèle S de Tesla. (REUTERS)

    Plein écran

    Les voitures électriques ont une certaine popularité en Chine et cette LeSee pourrait connaître du succès, surtout si elle est moins chère que le Modèle S de Tesla.

    REUTERS

  • 3 / 26
  • Dans ma Camaro, je t'emmènerai sur tous les chemins d'été en Chine. (REUTERS)

    Plein écran

    Dans ma Camaro, je t'emmènerai sur tous les chemins d'été en Chine.

    REUTERS

  • 4 / 26
  • Un VUS chinois Changan CS95. (REUTERS)

    Plein écran

    Un VUS chinois Changan CS95.

    REUTERS

  • 5 / 26
  • Des visiteurs au kiosque de Toyota au Salon de l'auto de Pékin. (AP)

    Plein écran

    Des visiteurs au kiosque de Toyota au Salon de l'auto de Pékin.

    AP

  • 6 / 26
  • Une femme photographie le VUS Levante, de Maserati. (REUTERS)

    Plein écran

    Une femme photographie le VUS Levante, de Maserati.

    REUTERS

  • 7 / 26
  • La fonction

    Plein écran

    La fonction "photo" des téléphones portables est utilisée sur le prototype Jixie, de Toyota.

    AP

  • 8 / 26
  • La voiture tout électrique LeSee, est présentée par le constructeur chinois LeEco comme une rivale du Modèle S de l'Américain Tesla Motors. (AP)

    Plein écran

    La voiture tout électrique LeSee, est présentée par le constructeur chinois LeEco comme une rivale du Modèle S de l'Américain Tesla Motors.

    AP

  • 9 / 26
  • Des journalistes prennent des photos du prototype Vision R du constructeur chinois Roewe. (AP)

    Plein écran

    Des journalistes prennent des photos du prototype Vision R du constructeur chinois Roewe.

    AP

  • 10 / 26
  • Un homme passe devant le prototype Toyota FCV. (AP)

    Plein écran

    Un homme passe devant le prototype Toyota FCV.

    AP

  • 11 / 26
  • Des visiteurs examinent le prototype Chevrolet FVR. (AP)

    Plein écran

    Des visiteurs examinent le prototype Chevrolet FVR.

    AP

  • 12 / 26
  • Cette décapotable de Beijing Automotive Group (BAIC) a attiré bien des regards au Salon de l'auto de Pékin. (REUTERS)

    Plein écran

    Cette décapotable de Beijing Automotive Group (BAIC) a attiré bien des regards au Salon de l'auto de Pékin.

    REUTERS

  • 13 / 26
  • Un autre VUS, celui-ci, du Groupe Beijing Automotive Group (BAIC). Les consommateurs chinois sont très attirés par les VUS. (REUTERS)

    Plein écran

    Un autre VUS, celui-ci, du Groupe Beijing Automotive Group (BAIC). Les consommateurs chinois sont très attirés par les VUS.

    REUTERS

  • 14 / 26
  • La Ford Mustang est la voiture sport la plus vendue au monde et ce visiteur chinois s'apprête à s'assoir dans celle qui est exposée au kiosque Ford au Salon de l'auto de Pékin. (AFP)

    Plein écran

    La Ford Mustang est la voiture sport la plus vendue au monde et ce visiteur chinois s'apprête à s'assoir dans celle qui est exposée au kiosque Ford au Salon de l'auto de Pékin.

    AFP

  • 15 / 26
  • Un employé de Jeep examine la vitre qu'il vient de nettoyer au Salon de l'auto de Pékin. (REUTERS)

    Plein écran

    Un employé de Jeep examine la vitre qu'il vient de nettoyer au Salon de l'auto de Pékin.

    REUTERS

  • 16 / 26
  • Cette Citroën C6 est présentée au Salon de l'auto de Pékin. Citroën et sa marque soeur Peugeot sont maintenant contrôlés par un actionnaire chinois. (AFP)

    Plein écran

    Cette Citroën C6 est présentée au Salon de l'auto de Pékin. Citroën et sa marque soeur Peugeot sont maintenant contrôlés par un actionnaire chinois.

    AFP

  • 17 / 26
  • Des visiteurs font un essai virtuel de ce que sera la Kia autonome de demain. (AFP)

    Plein écran

    Des visiteurs font un essai virtuel de ce que sera la Kia autonome de demain.

    AFP

  • 18 / 26
  • Un visiteur photographie cette K50 du constructeur Qiantu. (REUTERS)

    Plein écran

    Un visiteur photographie cette K50 du constructeur Qiantu.

    REUTERS

  • 19 / 26
  • Un Elmgrand GS du constructeur chinois Geely. (REUTERS)

    Plein écran

    Un Elmgrand GS du constructeur chinois Geely.

    REUTERS

  • 20 / 26
  • Des visiteurs s'intéressent à cette berline Mercedes-Benz E320 L 4MATIC. (REUTERS)

    Plein écran

    Des visiteurs s'intéressent à cette berline Mercedes-Benz E320 L 4MATIC.

    REUTERS

  • 21 / 26
  • Un employé époussette le pare-brise d'une voiture tout électrique LeSee, présentée comme la rivale chinoise de la Tesla Modèle S. (REUTERS)

    Plein écran

    Un employé époussette le pare-brise d'une voiture tout électrique LeSee, présentée comme la rivale chinoise de la Tesla Modèle S.

    REUTERS

  • 22 / 26
  • Cette Lincoln Continental a attiré bien des regards au Salon de l'auto de Pékin. (AFP)

    Plein écran

    Cette Lincoln Continental a attiré bien des regards au Salon de l'auto de Pékin.

    AFP

  • 23 / 26
  • Des visiteurs regardent les véhicules présentés par Toyota au Salon de l'auto de Pékin. (REUTERS)

    Plein écran

    Des visiteurs regardent les véhicules présentés par Toyota au Salon de l'auto de Pékin.

    REUTERS

  • 24 / 26
  • Citroën a apporté une icone des années 70 à Pékin, cette belle DS 21. (AFP)

    Plein écran

    Citroën a apporté une icone des années 70 à Pékin, cette belle DS 21.

    AFP

  • 25 / 26
  • Les VUS ont la cote en Chine et de nombreux visiteurs ont voulu photographier le prototype Maxus D90, du constructeur chinois SAIC. (REUTERS)

    Plein écran

    Les VUS ont la cote en Chine et de nombreux visiteurs ont voulu photographier le prototype Maxus D90, du constructeur chinois SAIC.

    REUTERS

  • 26 / 26
Agence France-Presse

Le salon automobile de Pékin s'est ouvert lundi sous le signe de l'optimisme, les grands constructeurs restant convaincus du potentiel de croissance du marché chinois même s'il leur faudra se battre davantage face à la montée en puissance des marques locales.

Des milliers de professionnels et de journalistes se sont retrouvés dans le nord-est de la capitale chinoise, où constructeurs et équipementiers exposaient leurs produits dans huit immenses pavillons, à grand renfort d'écrans géants, de sonorisations tonitruantes --et dans une chaleur étouffante faute de climatisation.

Parti de quasiment rien il y a une génération, le marché chinois est devenu le premier du monde, avec 24,6 millions de véhicules neufs vendus l'année dernière, presque deux fois plus que l'Union européenne. Mais les ventes ont progressé de "seulement" 4,7 %. Cette progression serait considérée comme miraculeuse dans n'importe quel autre pays du monde, mais en Chine, c'est un signe d'essoufflement économique. C'est loin du bond de 14% enregistré en 2013.

Un marché en phase de maturation

«Il y a un ralentissement. La Chine se comporte de plus en plus comme un marché en phase de maturation plutôt que comme un marché émergent, il faut s'ajuster», a indiqué John Lawler, patron de Ford en Chine.

Pour autant, le taux d'équipement automobile des Chinois est désormais supérieur à 100 véhicules pour 1000 habitants, mais c'est encore huit fois moins qu'aux Etats-Unis et six fois moins que dans l'Union européenne.

«Cela signifie qu'il existe encore beaucoup d'acheteurs potentiels», s'est félicité Dieter Zetsche, patron de l'allemand Mercedes-Benz.

«C'est un taux de pénétration très bas: le marché est encore au milieu de son processus de motorisation», selon Hiroji Onishi, patron des opérations chinoises de Toyota.

«Le potentiel du marché chinois est toujours très important, on a toujours des consommateurs qui veulent acheter des voitures (...) ils sont prêts à mettre beaucoup d'argent dedans», a renchéri Edouard de Pirey, président de l'équipementier français Valéo en Chine.

La Chine, vache à lait de GM

De fait, les ventes se sont nettement reprises ces derniers mois à la faveur de réductions des taxes sur les petites cylindrées et d'une envolée (de plus de 50% au premier trimestre 2016) des SUV, crossovers et autres 4x4 urbains, très appréciés des Chinois.

Les travées du salon de Pékin, de Ford à Renault (qui présentait son nouveau Koleos), fourmillaient de ces carrosseries hautes sur roues, dont quelque 50 nouveaux modèles doivent être lancés rien que cette année dans le pays.

Mais les ventes de SUV sont désormais contrôlées à près de 60% par des marques chinoises: si les constructeurs étrangers dominent toujours le marché automobile local dans son ensemble --via les coentreprises imposées par Pékin--, elles perdent du terrain.

Les enseignes chinoises accaparaient 36% du marché des voitures individuelles début 2016, contre seulement 25% en 2014, selon IHS Automotive.

L'enjeu pour les groupes étrangers est désormais de protéger des marges historiquement élevées. Pour certains constructeurs, l'enjeu est de taille: plus de 44% des bénéfices de GM venaient de Chine l'an dernier, selon Laurent Petizon, du cabinet AlixPartners.

«L'environnement est devenu très concurrentiel, et cela mène logiquement à une pression sur les prix. Il serait naïf de ne pas s'y préparer», a confié à l'AFP Hakan Samuelsson, président du suédois Volvo.

«Ce marché fortement tiré par la croissance ne s'est pas intéressé énormément à la productivité. Maintenant qu'il y a un peu de tassement (...) c'est le moment de regarder de beaucoup plus près nos coûts», a remarqué pour sa part le directeur général de Peugeot, Maxime Picat.

Concurrence en hausse, prix en baisse

Renault, qui vient juste d'inaugurer sa première usine à Wuhan (centre), a concédé s'être vu contraint d'abaisser le prix de vente envisagé originellement pour son «crossover» Kadjar face à «une pression concurrentielle» accrue.

De son côté, le patron des ventes de BMW, Ian Robertson, a estimé que la maturation du marché chinois ouvrait de nouvelles perspectives.

«C'est désormais le plus gros marché au monde pour l'après-vente», réparations ou ventes d'occasions, qui constituent les principales sources de revenus pour les constructeurs dans le reste du monde. «Les vraies opportunités de faire des affaires commencent à émerger», s'est-il réjoui.

A Pékin, de nombreux constructeurs exposent par ailleurs des voitures électriques de dernière génération, reflet de l'insistance des autorités à promouvoir les véhicules «zéro émission» contre la pollution atmosphérique.

Cette niche ne représente qu'environ 1% du marché mais a quadruplé l'année dernière.




Comparer des véhicules »

1 Jeep - Cherokee 2018

Jeep - Cherokee 2018

2

Ajouter un véhicule

3

Ajouter un véhicule

Sélectionner d'autres modèles

Recherche

la boite:1602537:box
image title
Fermer
image title
Fermer