Source ID:a3054ce1-1e57-4c02-a2e8-9c50d4d23adf; App Source:alfamedia

La (petite) histoire du rouage intégral

  • C'est lors de l'exposition universelle de Paris en 1900 qu'a été dévoilée la Lohner-Porsche, qui dissimulait dans chacune de ses roues un moteur électrique. Avec la batterie et les quatre moteurs, cette voiture à rouage intégral pesait quatre tonnes. (Photo Porsche)

    Plein écran

    C'est lors de l'exposition universelle de Paris en 1900 qu'a été dévoilée la Lohner-Porsche, qui dissimulait dans chacune de ses roues un moteur électrique. Avec la batterie et les quatre moteurs, cette voiture à rouage intégral pesait quatre tonnes.

    Photo Porsche

  • 1 / 6
  • La paternité du rouage intégral est souvent attribuée à l'ingénieur anglais Bramah Joseph Diplock, qui avait développé le concept en vue de haler de lourdes charges avec cette locomotive routière. (Photo domaine public)

    Plein écran

    La paternité du rouage intégral est souvent attribuée à l'ingénieur anglais Bramah Joseph Diplock, qui avait développé le concept en vue de haler de lourdes charges avec cette locomotive routière.

    Photo domaine public

  • 2 / 6
  • Juste avant la Première Guerre mondiale, l'ingénieur marseillais Georges Latil a conçu des camions à rouage intégral faits pour tracter les pièces d'artillerie de l'armée française. (Photo domaine public)

    Plein écran

    Juste avant la Première Guerre mondiale, l'ingénieur marseillais Georges Latil a conçu des camions à rouage intégral faits pour tracter les pièces d'artillerie de l'armée française.

    Photo domaine public

  • 3 / 6
  • L'Audi Quattro B2 montrée au Salon de l'automobile de Genève en 1980. (Photo Audi)

    Plein écran

    L'Audi Quattro B2 montrée au Salon de l'automobile de Genève en 1980.

    Photo Audi

  • 4 / 6
  • La Jensen Interceptor FF 1970, une supervoiture à quatre roues motrices mue par un V8 de 6,2 litres. (Photo Francis Cummen, Wikimedia)

    Plein écran

    La Jensen Interceptor FF 1970, une supervoiture à quatre roues motrices mue par un V8 de 6,2 litres.

    Photo Francis Cummen, Wikimedia

  • 5 / 6
  • La Subaru Leone 1972, à rouage intégral bien entendu. (Photo Subaru)

    Plein écran

    La Subaru Leone 1972, à rouage intégral bien entendu.

    Photo Subaru

  • 6 / 6
Éric LeFrançois
La Presse

La prophétie de Ferdinand Piëch est passée bien près de se matérialiser. Lors du lancement de l'UR-Quattro au Salon automobile de Genève de 1980, l'ancien président et chef de la direction d'Audi clamait qu'à « l'an 2000, toutes les voitures seraient dotées d'un rouage intégral ». Ce n'est pas tout à fait le cas, mais cette solution technique occupe le devant de la scène et représente aujourd'hui le nouveau « luxe » automobile, et pas seulement dans les contrées où tombe régulièrement de la neige.

Un « luxe » qui a mis du temps à être désigné comme tel. En effet, la grande histoire de l'automobile rapporte que cette technologie est apparue pour la première fois en 1893 sur une machine à vapeur...

La paternité de cette invention a été attribuée à l'ingénieur anglais Bramah Joseph Diplock - à qui l'on doit aussi le premier système à quatre roues directrices -, même si celui-ci ne l'a jamais commercialisé.

Quelques années plus tard, Ferdinand Porsche dévoilait à l'occasion de l'exposition universelle de Paris la Lohner-Porsche qui dissimulait dans chacune de ses roues un moteur électrique pour la mouvoir de sa position statique.

Une idée reprise et actualisée, près d'un siècle plus tard, par Hydro-Québec avec le groupe traction Couture, un projet mort-né.

La première application d'un rouage intégral sur un véhicule mû par un moteur à combustion interne est l'oeuvre des frères Spyker. Ce système n'a jamais été produit en série. Cette architecture avait plutôt été étudiée et réalisée pour une participation à la course Paris-Madrid de 1903.

Le rouage à quatre roues motrices s'est ensuite généralisé sur les camionnettes et véhicules utilitaires (et militaires). La première application, en série, sur une automobile remonte à 1966 avec la présentation de la Jensen FF (318 unités produites). Cette aide à la conduite connaîtra une diffusion beaucoup plus large avec Subaru, qui a introduit ce dispositif sur un premier modèle (Leone) en 1972. Mais le réel engouement de l'industrie automobile pour cette technologie s'est manifesté une décennie plus tard grâce à la spectaculaire domination du dispositif Quattro mis au point par Audi.




Recherche

la boite:1602537:box;tpl:auto_300_recherche.tpl:file;
image title
Fermer
image title
Fermer