(Shanghai) Déjà championne des voitures électriques à batterie lithium-ion, la Chine veut accélérer l’émergence du moteur à hydrogène : elle pousse ses constructeurs vers cette technologie prometteuse, visant un million de véhicules d’ici une décennie.

Agence France-Presse

Mi-mars, le « rapport de travail » annuel du gouvernement a été amendé pour y inclure pour la première fois l’objectif de « promouvoir » la construction de stations de recharge pour véhicules à hydrogène. Le pays en compte actuellement une quinzaine.

PHOTO GROVE HYDROGEN AUTOMOTIVE CO.

Grove a été fondée il y a 3 ans à Shanghaï, la voiture a été dessinée à Barcelone et la compagnie vise la production en série dès 2020.

Selon un plan gouvernemental dévoilé par la presse officielle, Pékin vise 5000 véhicules à hydrogène sur les routes l’an prochain, 50 000 d’ici 2025 et un million en 2030 – un objectif modéré vu son colossal marché automobile (28 millions de véhicules vendus l’an dernier).

«LA PROCHAINE ÉTAPE LOGIQUE POUR RÉDUIRE LA POLLUTION»

L’hydrogène « est la prochaine étape logique pour réduire les émissions (polluantes), en résolvant certaines difficultés des véhicules électriques, comme l’autonomie et le temps de recharge, tout en réduisant la consommation d’électricité », observent les analystes de Fitch Solutions.

La technologie consiste à embarquer un réservoir stockant de l’hydrogène comprimé, qui est transformé en électricité via une pile pour alimenter un moteur électrique.

PHOTO MARK RALSTON, AFP

Le constructeur chinois SAIC avait déjà présenté ce prototype d'auto à hydrogène à l'Exposition industrielle de Chine. un événement tenu à Shanghaï en novembre 2007.

Le système offre une autonomie et une rapidité de recharge comparables au plein d’essence d’une voiture classique, avec les avantages des véhicules 100 % électriques (silence, absence d’émissions polluantes).

Selon Xavier Mosquet, du cabinet BCG, la pile à combustible hydrogène pourrait être « une solution intéressante » pour les poids lourds, pour lesquels les batteries électriques (puissance limitée, temps de recharge) sont moins adaptées. Véhicules utilitaires et bus pourraient être privilégiés.

Aiguillonnés par les autorités, des constructeurs étatiques chinois intensifient leurs préparatifs, à l’instar de SAIC (qui fait déjà circuler des bus à hydrogène) et Great Wall Motors.

Spécialiste des 4x4 urbains, ce dernier prépare sa première voiture à hydrogène pour 2020 avant un lancement commercial en 2023.

PHOTO SAIC

SAIC veut lancer dès l'an prochain la Roewe 950 à hydrogène.

« Aucune contradiction avec les voitures électriques ! Les deux stratégies sont complémentaires : les poids lourds ne pourront pas fonctionner purement avec des batteries », explique son vice-président, Zhao Guoqing, au salon automobile de Shanghai.  

La pile à combustible coûte néanmoins encore très cher compte tenu des faibles volumes produits : pour l’instant, seuls les japonais Toyota et Honda, et le sud-coréen Hyundai, se sont lancés dans la commercialisation.

« Les constructeurs chinois devront investir des capitaux élevés pour développer ou acquérir les technologies. Toyota et Honda mènent la course en tête », selon Fitch Solutions.

De l’avis général, Pékin pourrait cependant propulser l’hydrogène à coups de généreuses subventions et d’incitations réglementaires, des méthodes déjà employées pour faire décoller les ventes de voitures électriques.

L’Europe, elle, n’entend pas louper le virage : l’Allemagne a lancé un programme pour atteindre 400  stations de distribution d’hydrogène d’ici 2023 et Paris a adopté un plan de 100 millions d’euros pour soutenir la filière hydrogène, axé notamment sur l’automobile.