Kenworth et Toyota ont dévoilé un version améliorée du camion-remorque à hydrogène Project Portal FCET. 

LA PRESSE

Il s’agit du même camion que les deux premiers exemplaires livrés au Port de Los Angeles en 2017, mais l’autonomie a été augmentée de 50 % environ. Rappelons que le camion Project Portal FCET (fuel cell electric truck) est mu par un moteur électrique et que sa source d’énergie est un réacteur (appelé «pile à combustible») transformant l’hydrogène en électricité. Au contact de l’air, l’hydrogène s’oxyde et cette réaction produit de l’électricité, de l’eau et de la chaleur. Cette réaction est propre, émettant seulement de la vapeur d’eau.

PHOTO TOYOTA ET PACCAR

Le troisième camion, qui vient d’être livré, est un Kenworth T680 de Classe 8 évidé de son moteur diesel. La motorisation est signée Toyota.

Toyota affirme que l’autonomie du camion à hydrogène amélioré «dépasse les 300 milles» (480 km), ce qui fait un rayon d’action d’à peine 240 km (même pas Québec-Montréal sans faire le plein). C’est mieux que les 320 km de la version originale, mais c’est bien moins que les milliers de kilomètres que peut parcourir un camion conventionnel avec deux réservoirs de 150 gallons avec 1136 litres de diesel au ras les goulots. 

En attendant que la technologie de la propulsion à hydrogène progresse encore, les camions Project Portal vont se concentrer sur des livraisons à petites distances à partir du Port de Los Angeles. Avec son moteur électrique à couple élevé, ce type de camion excelle en milieu urbain, avec des arrêts et départs fréquents, à chaque feu rouge et à chaque fois que le trafic bouge un brin dans les légendaires bouchons de Los Angeles. 

À terme, Kenworth et Toyota doivent livrer 10 camions au Port de Los Angeles. Le troisième, qui vient d’être livré, est un Kenworth T680 de Classe 8 qui a été évidé de son moteur diesel. La motorisation des 10 unités est signée Toyota.

Le projet de camion à hydrogène a été financé par un chèque de 41 millions signé par le California Air Resources Board (CARB) qui a puisé l’argent dans les fonds amassés via la Bourse du carbone californienne. 

Les deux premiers camions Portal Project ont déjà roulé 22 500 km.